Daniel Gibbs en garde à vue pour des soupçons de favoritisme

Le président de la Collectivité de Saint-Martin a été placé en garde à vue jeudi pour des soupçons de favoritisme concernant des marchés publics passés après Irma, en 2018. Deux vice-présidentes de la Com saint-martinoise, Annick Pétrus (éducation et affaires sociales) et Valérie Damaseau (culture, sport,  jeunesse et vie associative), ont également été placées en garde à vue. 

Dans les locaux de la gendarmerie de la Savane depuis jeudi 9 heures, la garde à vue a été prolongée ce vendredi par le procureur de la République de Basse-Terre Jean-Luc Lennon.

Selon nos confrères de La 1re, il s'agirait de marchés publics concernant les prestations d'une agence de voyage, et l'achat de carburant. 

La garde à vue a été levée vendredi soir. Aucun des trois élus n'a été mis en examen, le juge d'instruction n'a pas été saisi.

Dans un communiqué, la Collectivité de Saint-Martin indique que la garde à vue "est la procédure légale dans le cadre d’une enquête de ce type qui n’a rien d’exceptionnel et ne traduit en rien l’implication ou la culpabilité des personnes interrogées", et rappelle le principe de présomption d'innocence.

"La Collectivité rappelle, pour ceux qui l’auraient oublié, que l’attribution de ces prestations a été réalisée dans un contexte territorial fortement dégradé après le passage de l’ouragan Irma", poursuit le communiqué. "En effet, la Collectivité a été dans l’obligation de répondre à de multiples urgences, alors que son administration était, elle-même, totalement sinistrée. Une période qui s’est étalée sur plusieurs mois, pendant laquelle de nombreux actes ont été réalisés pour répondre à l’urgence immédiate du territoire et de ses habitants, avec le risque plausible d’erreurs administratives dans la chaine d’exécution, compte tenu des circonstances inédites et dégradée."

Taux de change

Drapeau USA 1.111 USD Drapeau Russie 68.250 RUB
Drapeau Canada 1.450 CAD Drapeau Brésil 4.639 BRL