Bruno Magras ou l’art d’entretenir l’ambiguïté

Pour réussir en politique, il est parfois nécessaire de ne pas se jeter dans l’arène prématurément. Sans aller jusqu’à se faire désirer, entretenir un certain mystère quant à son avenir peut s’avérer judicieux. Avec plus de trois décennies d’expérience derrière lui, Bruno Magras maîtrise parfaitement l’exercice. Son allocution du mardi 24 août, à l’occasion de la fête patronale de Saint-Barthélemy, en est l’illustration. Pendant près de quarante minutes, le président de la Collectivité a soigneusement distillé des indices contradictoires tout au long de son discours. Non sans une facétieuse gourmandise, comme en témoignera le sourire, discret mais satisfait, qu’il affichera à sa descente de l’estrade.

Bilan puis conseils aux successeurs
« Notre bilan est exceptionnel. » Pour son entame, Bruno Magras n’y va pas par quatre chemins. Ses quelques opposants présents dans l’auditoire apprécient certainement. Bruno Magras se lance alors dans une longue énumération des engagements « tenus » lors de la mandature commencée en 2017. Sans oublier « ce que nous n’avions pas prévu de faire et que nous avons accompli », précise-t-il avant d’ajouter : « Notre île se porte bien et elle dispose de toutes les cartes pour aborder sereinement la prochaine décennie. » Un tournant dans le discours du président « sortant ».
En effet, la suite de l’allocution sonne comme une liste de conseils à sa succession. «Les élus de demain seront comptables de cet héritage forgé avec constance mais facile à dilapider par négligence ou idéologie, lance-t-il. Pour les dix prochaines années, notre île devra éviter plusieurs écueils et relever de nouveaux défis. » Toutefois, il va sans dire que « les élus de demain » peuvent compter un certain Bruno Magras dans leurs rangs. Enfin, à leur tête. Car, comme le précise quelques minutes plus tard l’intéressé : « J’ai fait face aux pires catastrophes que l’île a connu, mais avec courage j’ai résisté et... Je suis toujours fidèle au poste. »

« Elu cinq fois au premier tour »
Un propos que l’élu ne manque pas d’appuyer en prenant soin de rappeler sa longévité. Mais pas seulement. « Nous sommes à quelques mois des prochaines échéances électorales et j’arrive au terme de mon cinquième mandat, insiste-t-il. J’ai été élu et réélu à cinq reprises au premier tour. Un score ! » Comme un message adressé à ceux qui imaginent - cette fois encore - être en mesure de l’éjecter de « son » fauteuil de président.
Alors, était-ce une allocution de futur candidat ou celle d’un président qui dresse son bilan avant tirer sa révérence? Lorsqu’il est invité à se prononcer, Bruno Magras esquisse un sourire malicieux et s’exclame : « Je n’y avais même pas pensé ! Maintenant je vais être obligé de me poser la question. » Nul doute qu’il ne sera pas le seul à se la poser. Du moins jusqu’au 11 janvier, date traditionnelle à laquelle il annonce officiellement ses candidatures.  

Journal de Saint-Barth N°1435 du 26/08/2021

La rentrée scolaire repoussée
La baisse du nombre de cas de Covid-19 se confirme