Une qualité de l’air fortement dégradée

Depuis hier, le passage de masses d’air chargées en poussières désertiques a considérablement dégradé la qualité de l’air à Saint-Barth. De fait, il suffit de lever les yeux au ciel pour s’en apercevoir. Pour ce samedi 9 octobre, l’Observatoire régional de la qualité de l’air (Gwad’Air) prévoit une hausse encore plus importante du taux de particules fines dans l’air. Par conséquent, les Iles du Nord ont été placées en niveau d’alerte orange de pollution.
Plusieurs facteurs expliquent cette dégradation élevée. Outre les activités industrielles en provenance d’Afrique du Nord et de l’Ouest, le voyage jusqu’à la Caraïbe des particules nées de l’éruption du volcan La Palma, aux Iles Canaries, peut être un autre facteur.
Quoi qu’il en soit, lors des prochaines 24 heures, les recommandations sanitaires de Gwad’Air sont les mêmes qu’à l’habitude en pareille situation. Celles-ci s’adressent principalement aux populations vulnérables (Femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques) et sensibles (personnes diabétiques, personnes immuno-déprimées, personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux). Ces recommandations consistent à privilégier les sorties brèves et qui ne nécessitent que peu d’effort, d’éviter les déplacements sur les axes routiers et les activités sportives intenses en plein air.