Procès des époux Balkany : la villa de Saint-Martin dans les débats


Il est reproché au maire de Levallois-Perret et sa première adjointe, Patrick et Isabelle Balkany, d’avoir dissimulé une partie de leur fortune au fisc français. Et notamment des biens immobiliers, dont un en partie française de Saint-Martin. La villa Pamplemousse, aux Terres Basses, fait la une de l’actualité nationale. Les époux Balkany sont venus faire une coupure sur l’île voisine en 1995, après une défaite électorale. Le couple y créée une régie publicitaire, RPC, et décide de poser ses valises à la villa Pamplemousse, où il mène grand train et reçoit du beau monde. La fameuse villa d’une valeur supérieure à 3 millions d’euros n’a jamais été déclarée par les Balkany, qui se sont présentés comme locataires. Echappant ainsi au paiement de l’impôt sur la fortune. Entendus en 2014, ils ont nié être les propriétaires de cette maison. Mais le contrat d’assurance au nom de Patrick Balkany, la cave à cigares, le livre dédicacé de Nicolas Sarkozy dans la bibliothèque… Et une note de Bercy désignant Isabelle Balkany comme la propriétaire, ont fini par convaincre cette dernière de dire la vérité. La villa a été saisie par la justice et revendue en 2015 à un industriel italien. Cette histoire saint-martinoise n’est qu’un volet du procès ouvert lundi, qui doit durer six semaines, et se tiendra malgré la tentative de suicide d’Isabelle Balkany il y a quelques jours.

Journal de Saint-Barth N°1328 du 16/05/2019

Gay friendly
Sous-location
Elections Européennes