Prison avec sursis pour s’être masturbé en public

Un sexagénaire était jugé jeudi 4 juin à Saint-Barthélemy pour exhibition sexuelle. Il avait été surpris en train de se masturber dans les toilettes d’un hall d’immeuble,  avec la porte laissée ouverte, en mars 2019. C’est une femme qui travaille dans cet immeuble qui eu la désagréable surprise de tomber sur cette scène alors qu’elle quittait son bureau. A la gendarmerie, le prévenu a donné des explications peu convaincantes. « Vous masturbez-vous ? » demandent les militaires à l’homme, une fois interpellé. « Bien sûr, c’est un médecin qui me l’a conseillé ! » « Est-ce que vous buvez ?» « Oui. » «Vous prenez de la drogue?» « Non, mais de la cocaïne, oui. » Vraisemblablement, ce jour-là, il avait mélangé les deux et cela a donné le résultat que l’on connaît. « J’étais bien », dit-ilsimplement aux gendarmes. Ceux-ci lui expliquent qu’une femme l’a surpris et a déposé plainte. « Elle est forte pour distinguer ça. Je suis désolé pour elle. »

La victime veut que cela ne se reproduise pas. Elle explique qu’elle soupçonne ce Monsieur d’être celui qui s’amuse à laisser des traces d’excréments sur les murs des toilettes, les poignées de porte, les interrupteurs de ce même hall. « Il est poursuivi pour exhibition, pas pour dégradation », interrompt le vice-procureur. Il rappelle que cette infraction, quoique répréhensible, n’impose ni une expertise psychiatrique du prévenu, ni une inscription au fichier des délinquants sexuels.

L’adepte de l’onanisme n’est pas venu à l’audience, alors que son avocate l’attendait. « Mon client a des addictions », souligne Me Bringand-Valora. « Son médecin lui préconise une cure de désintoxication. Mais il est le seul soutien de sa mère âgée, il ne peut pas quitter l’île. » Vivant du RSA, l’homme n’a que très peu de revenus. « Sans une obligation de soins, je crois que mon client aura de grandes difficultés... »
L’homme est condamné à trois mois de prison avec sursis, et devra verser 700 euros à la victime pour le préjudice moral.

Journal de Saint-Barth N°1379 du 10/06/2020

Touristes plus que jamais désirés
Tribunal
Thomas Gréaux président de la Cem