Pascale Fritière, gendarme réserviste, médaillée pour son engagement après Irma

Cérémonie solennelle, jeudi dernier sur le toit du fort : les gendarmes de Saint-Barthélemy recevaient leur général Jean-Marc Descoux et le colonel Sébastien Manzoni pour la décoration d’une jeune réserviste, Pascale Fritière, dont l’engagement pendant la crise Irma a été salué.


Elle a mis entre parenthèse sa vie de maître-nageuse à Toulouse, et la formation qu’elle s’apprêtait à suivre au sein du groupe Costa Croisières en Italie, pour s’envoler vers les îles du Nord au lendemain d’Irma, en uniforme bleu.
Pascale Fritière, 33 ans, a reçu une médaille jeudi dernier des mains du général Jean-Marc Descoux, commandant de la gendarmerie de Guadeloupe et des îles du Nord. Elle est arrivée à Saint-Martin le 26 octobre parmi 140 autres réservistes, « dans des conditions extrêmement précaires, elle a fait montre d’une capacité d’adaptation exemplaire et assuré ses missions de sécurisation, surveillance et intervention », explique le général Descoux. « Sa grande réactivité et son sens élevé du devoir font honneur à la gendarmerie nationale. »

Au cours de sa mission de plus de trois mois, elle a aussi travaillé à Saint-Barthélemy où, encore un imprévu, elle est tombée amoureuse d’un adjudant. Son séjour sur l’île s’est donc prolongé quelques temps.

Jeudi, devant la solennité du lever de drapeau, musique militaire, et l’arrivée en hélicoptère du général, Pascale Fritière s’est trouvée émue voire gênée de recevoir sa distinction, la médaille d’argent des services militaires volontaires. « C’est ma première décoration officielle. Je n’y prêtais pas tellement attention, mais cette cérémonie lui confère finalement beaucoup d’importance. » Elle a reçu les vives félicitations de ses collègues et de ses supérieurs, à l’instar de l’ensemble de la brigade locale.


Trente cambriolages en 2017, quatre en 2018

« Il se trouve que la brigade de gendarmerie de Saint-Barthélemy ne me pose aucun problème », a indiqué aux militaires, après la fermeture du ban, le général Descoux. « Cela grâce à une excellente équipe, qui bosse bien, et apporte à la population la sécurité dont elle a besoin. » Pour preuve, il donne quelques chiffres : « Quatre cambriolages cette année, contre trente l’année d’avant ». A mettre en relief avec la crise post-Irma, qui a donné lieu a des vols dans les hôtels et villas laissés grands ouverts par l’ouragan. « Bravo ! »

Finalement, ses « seules préoccupations pour Saint-Barthélemy » sont d’ordre internes et organisationnelles : « conditions de travail, immobilier, véhicules, matériel », a-t-il énuméré. Et de conclure en se félicitant de la baisse de la délinquance à Saint-Barth, Saint-Martin, mais aussi dans l’ensemble des brigades de Guadeloupe. « Nous obtenons des résultats jamais vus depuis vingt ans. »



JSB 1311

Journal de Saint-Barth N°1311 du 17/01/2019

Grand débat national
Reptiles en danger
Code de l'urbanisme
Noyade mortelle

Taux de change

Drapeau USA 1.103 USD Drapeau Russie 70.821 RUB
Drapeau Canada 1.456 CAD Drapeau Brésil 4.602 BRL