Tristesse après l’incendie de Notre-Dame-de-Paris : « Ces images donnent la chair de poule »

Le monument le plus visité d’Europe, en plein cœur de Paris, dont certaines parties dataient du XIIIe siècle, s’est embrasé lundi soir. Des images sidérantes. « Le monde entier souffre », selon les mots du père Fiorenzo Rossi, curé de la paroisse de Saint-Barthélemy

 

Notre-Dame-de-Paris qui flambe. Un véritable désastre s’est produit lundi soir dans la capitale française. Un patrimoine qui avait traversé plus de huit siècles est parti en fumée en quelques heures. Emmanuel Macron a déjà annoncé vouloir reconstruire aussi vite que possible, la Fondation du Patrimoine récolte des dons. PLusieurs centaines de millions d’euros ont déjà été offerts par de grandes fortunes françaises et des fondations, pour rendre un jour toute sa superbe à Notre-Dame-de-Paris.

 

Aux Antilles, la tristesse est tout aussi vive. Le père Fiorenzo Rossi, curé de la paroisse de Saint-Barthélemy, confie avoir eu « la chair de poule » devant les images de Notre-Dame-de-Paris en flammes. « Cela m’a rappelé un triste épisode ; lorsque j’étais curé à Turin, à la même période de Pâques, nous avions eu un incendie dans la chapelle du Saint-Suaire… Nous sommes profondément touchés, le monde entier souffre de cet épisode. Notre-Dame, c’est un patrimoine historique mais aussi spirituel. J’ai reçu des paroissiens avec les larmes aux yeux. » Le père Fiorenzo Rossi devait rencontrer l’évêque de Guadeloupe hier, pour déterminer les actions de soutien à mettre en place (messe, sonnerie des cloches…) « Nous participerons, pour montrer la tristesse que nous avons dans le cœur ». Le pape François a échané avec le président Macron, mardi. 

 

Le monde sous le choc

La communauté catholique n’est pas la seule à souffrir. La députée des îles du Nord, Claire Javois Guion Firmin, se dit « bouleversée par le spectacle douloureux, insoutenable, de ces flammes qui dévastent Notre-Dame de Paris. Tout mon soutien aux pompiers mobilisés et pensée à toutes celles et ceux attachés à ce joyau de notre histoire. » Xavier Lédée, élu Unis pour Saint-Barthélemy, décrit un monde « sous le choc » et félicite les soldats du feu pour avoir pu préserver une partie de l’édifice et des œuvres qui s’y trouvent. « Préserver le patrimoine est primordial dans toute civilisation. Ce sont nos racines communes et notre histoire que l’on retrouve dans ces monuments. Il est important de savoir vivre avec son temps mais nous ne pouvons faire abstraction du passé », indique-t-il, avec une mise en garde pour les donateurs : « il y a toujours des vautours dans ce genre de situation pour profiter de la générosité des gens ». Effectivement, au moins 1.800 différentes cagnottes en ligne ont vu le jour, alors que le feu faisait encore rage.

 

Haut lieu de l’histoire de France

Lucien Couic, le président de la Fédération des anciens combattants de Saint-Barthélemy, souhaite aussi exprimer « une grande tristesse et une profonde émotion » à la vue de cette cathédrale en flammes. « Nous sommes d’autant plus touchés qu’il n’y a pas encore une année écoulée, le drapeau des Anciens Combattants de Saint-Barthélémy flottait dans ce remarquable édifice, à l’occasion des fêtes du centenaire (de la fédération nationale des anciens combattants, ndlr). Cérémonie grandiose dans ce haut lieu de l’histoire de France. »

Le travail des sapeurs pompiers a permis de sauver les deux tours principales, ainsi qu’une grande partie des oeuvres d’une valeur inestimable, comme la couronne d’épine du Christ.

Une enquête pour “destruction involontaire par incendie” a été ouverte. La piste d’un accident lié aux importants travaux de rénovation en cours est privilégiée. 


JSB 1324

Journal de Saint-Barth N°1324 du 18/04/2019

Saint-Barth assoiffée
Lutte contre le logement indécent
Infertilité
Elimination des cabris