[Assises] Perroquets et furets devraient montrer patte blanche

Actuellement sur l’île, il n’existe aucune information sur ce qu’on appelle les nouveaux animaux de compagnie (Nac). Ils représentent pourtant un risque pour la biodiversité locale.

 

C’est l’un des chevaux de bataille de l’Agence territoriale de l’environnement, porté par Karl Questel lors des Assises. Aujourd’hui, n’importe qui peut entrer sur le territoire avec son furet, serpent, rat ou perroquet de compagnie, sans n’avoir rien à justifier. Ces animaux sont des Nacs, “nouveaux animaux de compagnie”, à différencier des bêtes domestiques qui dépendent d’une autre législation.

 

Il arrive que les agents de l’ATE retrouvent dans la nature des animaux qui n’ont rien à y faire. « Tant qu’il n’y en a qu’un, ça va encore », note Karl. Mais pour éviter tout risque, il propose la mise en place d’une réglementation pour l’entrée de ces Nacs sur l’île. Chaque propriétaire d’animal devra, pour pouvoir poser le pied à Saint-Barth, obtenir une autorisation de l’ATE. « Autant dire que tout ce qui est furet ou mangouste serait proscrit. » En effet, ces animaux représentent des super-prédateurs pour notre faune fragile, spécifiquement les iguanes delicatissima, déjà menacés d’extinction.

« Il y a déjà des Nacs présents sur l’île. On sait qu’il y a des singes, perroquets, serpents, cochons d’inde… »

 

« Après Irma, on a vu des singes se balader...»

Pour ne pas pénaliser ceux qui possèdent déjà ce type de compagnon, « l’idée serait de fixer une période de quelques mois, durant lesquels ils pourront déclarer leur animal. Ceux qui sont déjà sur le territoire seraient légalisés quoi qu’il en soit. On pourrait ainsi les identifier, et s’assurer qu’ils sont bien traités. » Et si un animal s’échappe de chez son propriétaire, l’ATE pourrait participer à sa recherche pour éviter tout risque pour la faune locale.

« Après Irma, on a vu des singes se balader, d’une espèce africaine importée, qui sont très invasifs à Saint-Martin. Le but n’est pas d’interdire aux gens d’avoir des Nacs, mais qu’ils soient identifiés, et que l’on soit avertis en cas de perte d’un animal. » Un projet qui semble plutôt simple à mettre en place au niveau règlementaire.


JSB 1307

Journal de Saint-Barth N°1307 du 13/12/2018

Assises de l'environnement et de l'énergie
Tous accros aux écrans

Taux de change

Drapeau USA 1.119 USD Drapeau Russie 72.135 RUB
Drapeau Canada 1.505 CAD Drapeau Brésil 4.525 BRL