« Il n’y aura aucun retour en arrière »

Depuis des années, notamment par le biais de l’association Coral Restoration, Didier Laplace observe, restaure et implante des coraux à Saint-Barth et dans la Caraïbe. En juin dernier, il alertait sur l’apparition dans les eaux de Saint-Barth d’une maladie mortelle pour une trentaine d’espèces, la SCTLD (Stony coral tissue loss disease) (JSB1428). Pour stopper la propagation de la maladie, l’association applique de l’amoxicilline sur les « patients » touchés. « On a déjà du mal à faire avancer les travaux de restauration à Saint-Barth, peste Didier Laplace. Heureusement, les coraux branchus ne sont pas infectés, ce qui est une bonne chose. Naturellement, il n’y a rien que l’on puisse faire. Il faut avoir conscience qu’en perdant ces récifs, on perd toutes les choses qui y sont associées. Comme les poissons nettoyeurs. Il n’y aura pas de retour en arrière et c’est difficile à avaler. On nous dit de sauver ce qui est important, mais tout est important! » L’association procède parallèlement à la cryogénisation de coraux. « Pour les réimplanter quand la maladie sera passée, mais elle dure dans le temps », remarque Didier Laplace.

Journal de Saint-Barth N°1437 du 09/09/2021

Les inquiétudes du Collectif Santé
Les écoles prêtes pour la rentrée