Chiens et citrons sont les plus sensibles

Les requins dits « chien » et les requins citron sont les plus vulnérables dans nos eaux. « Les requins citron, c’est là ou on a le plus de cas de juvéniles pêchés », informe Sébastien Gréaux. « Dans la région Caraïbe, il reste très fidèle à son site après la naissance. La mère met au monde six à dix-sept petits, qui restent quatre années dans un mètre d’eau. On voit très peu d’adultes, et rarement des petits. » Océane Beaufort complète : « Ils ne partent pas. C’est un requin qui peut s’adapter à un environnement, évoluer, mais il ne change pas d’endroit pour trouver mieux ailleurs. Or, à Saint-Barthélemy, ils disparaissent et on ignore si c’est l’effet de la pêche de plaisance ou de la dégradation du milieu marin côtier. »
Pour les chiens, c’est mathématiques : ils sont davantage menacés que d’autres espèces car ils passent toute leur vie près des côtes. 


JSB 1312


©CC-by-S.-A

Journal de Saint-Barth N°1312 du 24/01/2019

Radars pédagogiques
GLTD
Cholestérol
Pêche au requin
Débat national