La crise sanitaire grossit le nombre de chômeurs


Habituellement, les chiffres de Pôle Emploi sont divulgués chaque trimestre, pour une tendance fiable actualisée tous les trois mois. Mais la violence de la crise sanitaire a contraint la Dieccte à publier des chiffres mensuels : « L’évolution du nombre de demandeurs d’emploi a été très contrastée entre les mois d’avril, de mai et de juin. Les résultats en moyenne trimestrielle ne permettent pas d’en rendre compte », explique l’organisme. « Compte tenu du caractère inhabituel de la situation actuelle, les données mensuelles permettent de fournir des indications sur l’ampleur du choc en cours. » Au deuxième trimestre 2020, à Saint-Barthélemy, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s’établit en moyenne sur le trimestre à 460 personnes. Ce nombre augmente de 37,3 % sur le trimestre (soit +125 personnes) et de 16,5 % sur un an. Les demandeurs d’emploi des trois catégories A, B et C sont 550 à fin juin 2020, dont 400 sont inscrits à Pôle Emploi depuis moins d’un an. La crise économique découlant du Covid-19 a poussé des personnes qui travaillaient moins de 78 heures par mois, ou employées mais tenues de rechercher un emploi (catégories B et C), vers une situation d’absence totale d’activité (catégorie A). Les femmes sont les plus touchées : la hausse du chômage sur trois mois est de 36,6%, contre 22,6% pour les hommes. A noter que pour ces derniers le chômage baisse légèrement au mois de juin par rapport à mai. Par ailleurs, les moins de 25 ans sont les plus durement touchés par la conjoncture économique difficile, avec +75% de chômeurs catégorie A sur un an ; mais là aussi, la situation semble s’améliorer en juin.

JSB 1386