Une rentrée - presque - sans souci

Une maman émue de quitter sa petite fille marche rapidement vers les grilles de l’école de Colombier. « J’y vais vite sinon je vais me mettre à pleurer », soupire-t-elle. Pour de nombreux parents, la rentrée des classes génère de multiple sentiments. En particulier depuis le premier confinement et l’instauration des mesures sanitaires dans l’ensemble des établissements. Néanmoins, l’esprit de la rentrée demeure intact. L’impatience ou l’appréhension, selon le caractère et l’expérience des enfants. Et puis, pour des parents, le soulagement de ne plus avoir à occuper leur(s) bambin(s) tout au long de la journée pendant la période des vacances. Mais aussi, et surtout, cet inévitable petit pincement au cœur au moment de la ou de le laisser seul dans sa classe. Pour les plus petits, bien entendu.

Problème d’effectif
Quoi qu’il en soit, la rentrée 2021/2022 s’est déroulée de la manière la plus sereine. Dans les écoles comme au collège. Seul petit accroc, le manque d’enseignant à l’école élémentaire de Gustavia. Une difficulté annoncée puisque la direction de l’établissement a lancé un appel à candidature dans les semaines qui ont précédé la rentrée afin d’inciter de potentiels candidats à postuler. Malheureusement, un poste est encore à pourvoir.
Si la direction de l’école a trouvé une solution pour assurer les enseignements - la directrice a endossé sa tenue de professeure - plusieurs parents des élèves de la classe de CE1 dépourvue d’enseignant permanent n’ont pas caché leur exaspération. «L’année dernière c’était déjà le cas en CP (cours préparatoire), et ça recommence, se plaint une maman. C’est un vrai problème. Surtout si les enfants changent de prof tous les deux mois. » Une perspective qui n’a rien d’inenvisageable. Comme chaque année, ou presque, les postes vacants illustrent la difficulté à recruter pour les établissements de l’île. Essentiellement en raison du manque de logements au loyer abordable.
Une difficulté que la direction du collège Mireille-Choisy est parvenue à surmonter. Ainsi, le jour de la rentrée, la principale Emmanuelle Dubois a lancé, soulagée : « Nous avons reçu la confirmation de l’arrivée d’un professeur de français. C’est celui qu’il nous manquait, donc nous serons bientôt au complet. » Des effectifs pédagogiques qui sont également annoncés comme complets dans les écoles de l’île.

 

Mesures sanitaires et « cas contact »
Dans chaque établissement, le port du masque est obligatoire dans les classes et recommandé en extérieur. Le « brassage » des élèves doit être évité et un lavage régulier des mains va être exigé pour les élèves. Parallèlement, comme l’explique la principale du collège Mireille-Choissy, Emmanuelle Dubois, les classes concernées par un éventuel « cas concret » ou « cas contact » de Covid-19 ne seront pas automatiquement fermées. « Si un cas de Covid est déclaré, il faudra identifier les contacts à risque, explique la principale. Les élèves non-vaccinés seront obligés de rester chez eux pendant sept jours. Pour les vaccinés, les cours en classe continueront mais ils devront présenter une attestation sur l’honneur signée de leurs parents pour justifier qu’ils sont bien vaccinés. Ils devront aussi, pour revenir en classe, présenter un test négatif à leur arrivée et un autre sept jours plus tard. »
Dans les écoles primaires, la détection d’un cas de Covid parmi les élèves entrainera la fermeture immédiate de la classe pendant sept jours. Les élèves de la classe concernée devront effectuer un premier test dès l’annonce du cas détecté, puis un deuxième test sept jours plus tard (il est à noter que le ministère de l’Education nationale précise que « le test n’est pas obligatoire mais fortement recommandé ». Si ce dernier est négatif, ils pourront reprendre le chemin de l’école. S’il est positif, l’élève restera dix jours de plus à la maison.
Par ailleurs, si un enseignant est diagnostiqué positif, la fermeture de sa classe ne sera, là encore, pas automatique. L’Education nationale estime que le professeur étant porteur du masque en classe, il ne peut être « cas contact ».

Journal de Saint-Barth N°1438 du 16/09/2021

Les contrôles de l'obligation vaccinale commencent lundi
Un trafic aéroportuaire en hausse