Tous les élèves de l’île en classe dès le 11 mai

Bruno Magras plaide pour « un déconfinement audacieux » en ce qui concerne les écoles, et pas seulement. Il souhaite un retour en classes de lensemble des 1.258 élèves de lîle, dès le 11 mai, sans échelonnement. Demande acceptée par le recteur.

 

Le recteur de lAcadémie de Guadeloupe Mostafa Fourar sest dit « tout à fait favorable  sur le principe» à une rentrée scolaire de tous les élèves de Saint-Barthélemy dès le 11 mai, contrairement au reste de la France où le retour en classes sera échelonné sur trois semaines.

 

Le président de la Collectivité lui avait adressé un courrier mercredi 22 avril, demandant une dérogation à la consigne nationale. « Saint-Barthélemy na plus de nouveau cas depuis des semaines, et depuis hier, toutes les personnes contaminées ont été déclarées guéries. Le confinement a été bien respecté », écrit Bruno Magras. « Ces conditions particulières plaident pour une reprise normale des cours plus rapide sur notre île sur île, non échelonnée et par classe entière. » Et de rassurer sur « lhygiène parfaite » et le « lavage des mains réguliers » des enfants, suivis de près par les équipes pédagogiques. « Des masques pourraient être mis à disposition des professeurs voire des élèves. Un travail de sensibilisation  des élèves et des parents est possible dici le 11 mai. »

 

Bruno Magras rappelle également que la Collectivité, en lien avec les autorités sanitaires, a lancé un programme de dépistage élargi, dont lobjectif « est précisément de créer les conditions dun déconfinement audacieux, conciliant retour à la vie normale et maintien dun niveau de sécurité sanitaire élevé. »

 

Surprise pour les chefs détablissement

Cette demande a dérouté les chefs détablissements, qui travaillaient depuis des jours à lélaboration dun retour en classes échelonné, conformément à la demande du ministre de lEducation Jean-Michel Blanquer. Celui-ci avait détaillé, mardi 21 avril devant lAssemblée nationale, son projet de retour à lécole étalé sur trois semaines, par niveaux puis par groupes ne dépassant pas quinze élèves. Un échelonnement réitéré par Edouard Philippe hier. Sachant que les parents qui le souhaitent pourront garder leur enfant à la maison, et continuer sur un enseignement à distance.

 

Bruno Magras sest vu reprocher à demi-mot un certain manque de concertation. Il na visiblement pas fait part de sa démarche avant denvoyer le courrier au recteur, ni aux équipes pédagogiques, ni même à ses propres colistiers, quil sagisse de Francius Matignon, président de la commission affaires scolaires, ou Micheline Jacques, vice-présidente et directrice de lécole de Gustavia.

 

« Cela ne pourra pas se faire nimporte comment »

Surprises, les équipes pédagogiques ont donc changé leur fusil dépaule. Cette semaine, elles sondent les familles, pour savoir combien dentre elles enverront effectivement leur progéniture à lécole, et combien préféreront la garder à la maison. Car si les profs retournent à plein temps devant leurs élèves, il sera compliqué dassurer en même temps lenseignement à distance. « Ce ne sera pas une rentrée normale, comme si de rien nétait », prévient Michel Sanz, vice-recteur en charge des Îles duNord. « Les équipes réfléchissent déjà à des solutions, et nous attendons la doctrine sanitaire précise de lARS. Cela ne pourra pas se faire nimporte comment.Nous devons mettre en place une organisation pertinente, y compris pour que les enfants qui restent à la maison accèdent à linstruction. » Lécole à la maison fonctionne bien à Saint-Barth : Michel Sanz compte  0% de décrochage ici, contre 5 à 8% en France.

 

Reste la grande question des outils de protection sanitaire. Il faudra des masques, pour les enseignants voire pour les enfants ; il faudra réaménager les salles de classes pour répondre à la nécessité de la distanciation sociale ; peut-être organiser des récréations en décalé, et plusieurs services à la cantine scolaire ; au collège, les élèves pourraient rester dans une même salle toute la journée, et les enseignants tourneraient dune classe à lautre, plutôt que linverse ; pour les plus jeunes, le lavage des mains, au savon ou au gel hydroalcoolique, devra être martelé par les équipes pédagogiques; et quen est-il des activités sportives ? Le stade est encore fermé, et le transport dans les bus scolaires sera aussi soumis à des aménagements Beaucoup de questions dont les réponses ne sont pas encore connues.Le travail a commencé en début de semaine, et une première réunion est prévue dans les jours qui viennent.

 

JSB 1373