Rentrée scolaire : le manque d’enseignants inquiète plus que le Covid

Le protocole sanitaire dans les écoles et au collège a été allégé par rapport à la rentrée post confinement du mois de mai. Tous les élèves de l’île reprendront le chemin des classes à compter du mardi 1er septembre. Le manque d’enseignants, notamment à l’école primaire de Gustavia qui a sonné l’alarme lundi, est un problème plus épineux.

 

Depuis quelques jours, la rentrée scolaire se prépare « avec un protocole sanitaire extrêmement allégé », indique Michel Sanz, vice-recteur en charge des Îles du Nord. « Nous sommes dans la perspective d’une rentrée normale, bien sûr dans le respect des gestes barrière, il ne faut pas faire comme si rien ne se passait. Mais le protocole qui faisait cinquante pages en mai compte désormais huit pages. »
Ainsi, la règle de distanciation physique dans les classes et les transports scolaires, qui obligeait les enfants à travailler par groupes, est abrogée. En revanche le port du masque reste obligatoire pour tous les professeurs et les élèves à partir de l’âge de 11 ans. Et les équipes pédagogiques devront veiller au respect du lavage des mains des plus jeunes, à éviter les rassemblements trop importants, etc.
Les établissements scolaires ont fermé au mois de mars (sauf pour les enfants de soignants), et n’ont rouvert leurs portes qu’en pointillé du 11 mai au 4 juillet. Malgré l’enseignement à distance, certains jeunes ont pu décrocher ou pourraient avoir du mal à s’y remettre dans la classe supérieure. « Un protocole pédagogique est mis en place à tous les niveaux, il est déjà à disposition des enseignants », commente Michel Sanz. « La réalisation de tests de positionnement sont proposés, afin de mesurer l’impact éventuel de la crise Covid, et de repérer les décrocheurs s’il y en a. Le but est d’avoir une idée précise de la situation à la Toussaint. »
Pour finir, côté effectifs, les prévisions sont moins fiables que d’habitude, là aussi en raison du Covid. Mais a priori cette année les élèves de Saint-Barthélemy seront plus nombreux que l’an dernier : « On passerait de 330 à 350 collégiens, et une dizaine d’enfants en plus dans l’élémentaire (écoles primaire et maternelle publiques uniquement, ndlr). »

Quid des enseignants ?
Comme chaque année, se pose la question des professeurs. L’Académie a toujours du mal à recruter pour Saint-Barthélemy, principalement en raison des difficultés de logement sur notre île. « C’est toujours pareil, quand on n’a pas de titulaire, il faut trouver des contractuels, et les loger s’ils n’ont pas de logement », soupire Michel Sanz. « Globalement on devrait être dans la même situation que l’an dernier. » Lundi, la direction de l’école primaire de Gustavia a lancé un recrutement urgent d’enseignants : neuf postes ne sont pas pourvus, à une semaine de la rentrée. Rien de très surprenant pour le vice-recteur qui invite à « ne pas s’affoler ; nous sommes en train de réaliser les ajustements. Des titulaires vont être affectés à Saint-Barthélemy cette semaine, et des contractuels sont en cours de recrutement.  »
L’an dernier, des enseignants dont le contrat n’avait pas encore été signé n’avaient pas pu prendre en charge les élèves le jour de la rentrée ; ceux-ci avaient dû rentrer chez eux. « Je ne dis pas que je n’ai pas d’inquiétude, mais on maîtrise quand même la situation, maintenant. Nous sommes en train de trouver des solutions pour éviter des situations complexes, y compris dans le second degré. Que tout soit nickel à la rentrée, je ne peux pas le garantir ; mais en tout cas nous faisons tout pour ! »

 

> Recrutement au collège

> Recrutement pour l'école primaire

> La rentrée à l'école Sainte-Marie

> La rentrée à l'école Saint-Joseph

Journal de Saint-Barth N°1386 du 26/08/2020

La fête patronale célébrée
L'épidémie de Covid contenue
Election des Miss