Le conseil scientifique pour l’assouplissement des consignes dans les écoles

«Laissons les gens vivre ! » lance le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy dans une interview au Journal du Dimanche parue le 7 juin. Cette instance qui a guidé le sommet de l’Etat dans toutes ses décisions autour de la crise sanitaire affirme qu’aujourd’hui en France « l’épidémie est sous contrôle ».
Alors que le conseil scientifique était opposé à l’ouverture des écoles le 11 mai, même avec le protocole sanitaire de cinquante pages, aujourd’hui, il pousse pour un assouplissement des consignes avant la fin de l’année scolaire. « Même en continuant à respecter des règles un peu lourdes, on pourrait les simplifier en périscolaire d'ici la fin juin: pendant les repas, les récréations ou le sport », indique Jean-François Delfraissy. Pour la rentrée de septembre, il indique que le protocole en vigueur « pourrait être un peu simplifié, fluidifié, à la lumière des connaissances actuelles. » Ce sera affiné courant juin.


Le conseil scientifique affirme aujourd’hui que les enfants ne semblent pas être des propagateurs intenses du coronavirus. En métropole, depuis le retour en classes, des cas de Covid-19 ont été détectés dans des écoles. Une fois repérés, l’établissement est immédiatement fermé plusieurs jours, désinfecté, et le patient isolé chez lui.


Cet assouplissement, s’il était acté, pourrait faciliter les choses à Saint-Barthélemy où le conseil territorial a formulé le vœu officiel de la réouverture des écoles dans des conditions normales, en même temps que les frontières (JSB 1378). Bettina Cointre, conseillère territoriale et enseignante, affirmait pourtant que de nombreux parents refuseraient de mettre leurs enfants à l’école sans ce protocole de demi-classes. D’autres familles au contraire jugent que les consignes ultra-restrictives font plus de tort que de bien aux élèves, comme l’expliquait Andy Laplace, conseiller principal d’éducation au collège Mireille-Choisy, qui déplorait le développement d’une anxiété au sein de l’établissement.
Pour rappel, les vacances scolaires débutent samedi 4 juillet. Même si le protocole est allégé d’ici là, ce qui permettrait d’accueillir davantage d’enfants chaque jour, les parents doivent faire face à un autre horizon : celui des vacances scolaires. Que faire des enfants, alors que l’Ajoe a annoncé que le centre aéré n’aurait pas lieu cet été ?

Journal de Saint-Barth N°1379 du 10/06/2020

Touristes plus que jamais désirés
Tribunal
Thomas Gréaux président de la Cem