Ecole à plein temps pendant deux semaines, puis “vacances apprenantes”

Les élèves sont appelés à retourner à plein temps en classes, de l’école au collège, lundi 22 juin. Ainsi ils auront deux semaines de cours plus normaux avant les grandes vacances qui démarrent le 4 juillet. Le gouvernement les veut « apprenantes ».

 

Après trois mois d’enseignement à distance, avec plus ou moins de réussite selon les élèves, les familles et les enseignants ; puis un mois d’école adaptée à raison de deux matinées par semaine pour la plupart des enfants. Emmanuel Macron a déclaré dimanche : « Dès demain, en hexagone comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se prépareront à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves, de manière obligatoire et selon les règles de présence normale. »

 

En réalité, ce ne sera pas tout à fait cela. Le ministre Jean-Michel Blanquer a précisé les choses le lendemain. Les maternelles reprendront effectivement classe normalement, puisque pour eux la distanciation sociale est levée. En revanche pour les primaires, elle n’est qu’allégée : les établissements passeront de 4 mètres carré par élèves à un mètre de distance entre chacun. Ainsi, selon la taille des établissements et le personnel disponible, la semaine prochaine ne sera pas forcément une reprise à 100% comme l’a annoncé Macron. Deux semaines plus tard, le 4 juillet, c’est la quille : les élèves seront en vacances jusqu’à septembre.

Pour compenser les lacunes probablement laissées au cours de ces mois de crise sanitaire dans l’enseignement scolaire, et prévenir le risque de décrochage scolaire, le gouvernement mise sur un concept inédit : les “vacances apprenantes”. Plusieurs dispositifs sont proposés par le ministère de l’Education nationale : école ouverte, colo apprenante, école buissonnière ouverte, ou encore aide aux accueils de loisirs. Le gouvernement espère qu’un million d’enfants pourront accéder à ces offres inédites.

 

500.000 euros engagés sur la Guadeloupe

L’Académie de Guadeloupe a engagé un demi-million d’euros sur ce dispositif, a annoncé le recteur Mostafa Fourar le 13 juin. Une partie pourra être consacrée à Saint-Barthélemy. Les “vacances apprenantes’ ne sont en rien une obligation, ni pour les familles, ni pour les personnels : seuls les établissements scolaires et les encadrants volontaires y prendront part. Le dispositif a été présenté aux écoles et au collège de notre île hier par les services de l’Education nationale à Saint-Martin, en visioconférence. Pour le moment, son application à Saint-Barthélemy est donc en discussion.

« Nous nous orientons vers le dispositif "école ouverte" plus adapté sur nos territoires. Mais les projets doivent émaner des équipes, rien ne sera imposé », avertit Michel Sanz, vice-recteur en charge des Îles du Nord.

Concrètement, il s’agirait de garder les écoles ouvertes l’été, et de proposer aux enfants qui ne partent pas en vacances d’y pratiquer des activités sportives et culturelles, d’ateliers autour de la préservation de l’environnement, ainsi qu’un renforcement scolaire pour les savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter) et les règles du vivre ensemble. Ces programmes pourraient être mis en place en lien avec des associations locales.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'école maternelle de Gustavia retrouve ses horaires habituels

 

La directrice de l'école maternelle de Gustavia, Sylvie Pollien,  informe que l'école va refonctionner aux horaires habituels quatre jours par semaine : lundi, mardi, jeudi et vendredi. Pour le moment il n'y aura pas de garderie le mercredi, ni les matins et les soirs. Les gestes barrière resteront de mise mais les conditions seront tout de même assouplies. Les parents ne sont pas autorisés à entrer dans l'école, sauf invitation du personnel. La désinfection et le nettoyage spécifique des locaux continue d'être assuré jusqu'aux grandes vacances, le 4 juillet.

Journal de Saint-Barth N°1380 du 17/06/2020

Saint-Barth ne veut plus attendre
Fêtes de quartier
25 ans de Bruno Magras