De la difficulté d’élever un adolescent en 2018

Samedi, une conférence est organisée par l’association Emma à la cantine scolaire. Le professeur Olivier Revol s’exprimera sur le thème : « Eduquer un ado au XXIe siècle : les nouveaux codes ».

Sur l’invitation de l’association Emma, le professeur Olivier Revol viendra à Saint-Barthélemy cette semaine pour animer deux conférences. Ce médecin est neuropsychiatre, pédopsychiatre, et chef du Centre des troubles des apprentissages à l'hôpital neurologique de Lyon. Il a rédigé plusieurs livres à destination du grand public, et notamment : « On se calme ! Enfants agités, parents débordés » (JC Lattès, 2013) et chez le même éditeur, en 2010 : « J’ai un ado mais je me soigne ». D’où l’intitulé de la conférence qu’il donnera samedi à Gustavia : « Comment éduquer un ado au XXIe siècle ? » Vaste question.

« Le lien parent-adolescent n’est plus le même. La légitimité des adultes, telle qu’elle existait à la génération précédente, n’est plus acquise. Il faut donc la reconquérir », expliquait le Dr Olivier Revol à La Croix, lors de la sortie de l’un de ses ouvrages. « En matière d’éducation, les parents d’aujourd’hui font surtout preuve de bienveillance, alors que leurs parents faisaient surtout preuve de fermeté. L’attitude la plus juste se trouve entre les deux, autour d’une fermeté bienveillante. »

Tout connecté

La nouvelle problématique à laquelle les parents doivent faire face est bien sûr le tout connecté, internet dans la poche : comment gérer l’activité en ligne de son ado ? « Avec la révolution numérique, c’est la première fois dans l’histoire que les enfants enseignent quelque chose à leurs parents, qui souvent leur demandent conseil. C’est aussi la première fois que ces parents doivent prendre des décisions sur des sujets (les téléphones portables, Internet, les réseaux sociaux…) qu’ils n’ont pas connus étant jeunes et qu’ils maîtrisent moins bien que leurs enfants. Ils ne peuvent pas reproduire le modèle qu’on leur a enseigné et manquent de repères. Par conséquent, ils sont obligés de s’adapter en permanence à cette évolution technologique et sociale, ce qui les met en difficulté. Leur rôle est plus difficile qu’autrefois », reconnaît l’expert. Alors que faire ? « Une chose est sûre, on ne peut pas interdire les écrans. On ne peut pas non plus tout contrôler. En revanche, il est important de parler avec ces adolescents de ce qu’ils aiment. On peut par exemple décrypter avec eux la téléréalité qui donne un modèle affligeant des jeunes adultes, des rapports humains et de la sexualité. C’est important de rester vigilant et de ne pas «lâcher». »

Lundi 9 avril, le Dr Olivier Revol rencontrera les professionnels de la santé et les familles concernées, invitées par la Collectivité, pour évoquer les troubles Dys (dyslexie, dyscalculie…), l’hyperactivité, la précocité…

> « Eduquer un ado au XXIe siècle : les nouveaux codes ». Rendez-vous samedi 7 avril au restaurant scolaire de Gustavia. Entrée gratuite.

> Photo DR

JSB 1273