A l'école maternelle, « le coronavirus il nous embête ! »

Moins de 50% des enfants du premier degré à Saint-Barthélemy ont fait leur rentrée hier, avec marquage au sols, enseignants masqués et barrières de distanciation pour les parents.

Les consignes sanitaires à l’école, quelle histoire! Hier des parents inquiets et perplexes ont retrouvé le chemin des écoles primaires et maternelles pour y déposer leurs enfants, pour une rentrée scolaire soumise à des règles sanitaires strictes. «Le protocole était un peu lourd à digérer », a indiqué Francius Matignon, conseiller territorial en charge des affaires scolaires, sur Tropik FM lundi soir. Il frise l’euphémisme. Ballons et objets interdits, climatisation prohibée, un mètre de distance entre chaque enfant, récréations à distance les uns des autres… A l’école maternelle de Gustavia, la directrice Sylvie Pollien a priorisé les enfants des personnels indispensables, les grandes sections, ceux qui ont le plus besoin d’aller en classes. Sur 174 enfants habituellement scolarisés près de Shell Beach, seuls 80 peuvent être accueillis, en raison de la règle du « pas plus de dix élèves par classe en maternelle ». En temps normal ils sont jusqu’à vingt-six dans la salle. Du coup, les groupes ne sont pas les mêmes que d’habitude, et certains petits changent de maîtresse ; il faut tout recommencer ou presque.

Dans le coin lecture, les enfants de 5 ans s’assoient sur des points bleus qui ont été dessinés dans le but de respecter la distanciation sociale. « Pourquoi on porte un masque ? » demande la maîtresse. « Parce qu’il y a le coronavirus ! » répondent les enfants en chœur. « Il est tout petit, et il nous embête ! » «Que faut-il faire pour battre le virus ? » s’enquiert Sylvie Pollien. « Il faut se laver les mains ! » « J’ai entendu à la télé qu’il ne faut pas se toucher le visage ! » Les enfants ont intégré les messages sanitaires matraqués partout ; bien que le fait de rester d’eux mêmes à distance de leurs camarades paraisse impossible, surtout à 5 ans. Les enseignants du premier degré ne leur mettent pas trop la pression. Le retour à l’école doit se faire avec le plus de douceur possible, le temps d’intégrer les nouvelles règles, avant de se remettre réellement au travail, en classe.

Au collège le 18 mai

Dans les écoles privées, le protocole est le même que dans les établissements de Gustavia. Francius Matignon a indiqué que l’école Sainte-Marie de Colombier avait pu accueillir 174 élèves, sur un effectif de 233. Sur l’île, hier, moins de la moitié des enfants avaient repris le chemin de la classe. Pour le moment, aucune annonce n’a été faite pour leurs aînés : on sait seulement que les collégiens ne retourneront pas à Mireille-Choisy avant le 18 mai. Dans un premier temps, seuls les 6e et les 5e seraient accueillis. Concernant les troisièmes, l’examen du brevet des collèges n’aura pas lieu et le diplôme sera délivré au regard du livret scolaire de chaque élève.

_______________________________________________________________________________

20% d’écoles ouvertes dans l’Académie

Dans l’Académie de Guadeloupe, Saint-Barth est le seul territoire où tous les établissements scolaires ont rouvert mardi 12 mai. A Saint-Martin, 50% des écoles ont rouvert leurs portes, et Daniel Gibbs a annoncé hier que les maternelles attendraient la rentrée de septembre. En Guadeloupe, 10% des écoles ont rouvert leurs portes. Une grande majorité des maires se sont opposés à cette rentrée scolaire, notamment ceux qui jugeaient les consignes impossibles à appliquer dans leurs écoles.

Journal de Saint-Barth N°1375 du 13/05/2020

La vie reprend cahin-caha
Les touristes gardent la confiance
Clubs sportifs face aux consignes