Voyager revient avec un protocole sanitaire strict

Masque obligatoire, prise de température, distanciation sociale… La compagnie maritime Voyager revient ce vendredi à Saint-Barthélemy. Les passagers sont soumis aux mêmes restrictions que dans l’aérien : ils doivent justifier que leur voyage est indispensable.

 

Son coup de gueule n’est pas passé inaperçu : Jean-Claude Latournerie, patron de Voyager, a milité durement pour reprendre son activité, au même titre que les avions. Tant que les restrictions liées aux motifs impérieux sont maintenues, pourquoi autoriser le transport aérien mais pas le transport maritime? «Cette situation paraissait incompréhensible, dans la mesure où les horaires proposés en milieu de journée étaient mal adaptés pour les besoins de la population et le choix de l’une des compagnies les plus chères ne paraissait pas très logique », commente-t-il, ne cachant pas son amertume face à ce qu’il juge comme un traitement différencié entre l’aérien et le maritime sur notre île : «Essayez un instant d’imaginer l’image donnée de Saint-Barth, quand on regarde la cabane en bois que constitue la gare maritime, comparé au rutilant aéroport. Pourtant il y a deux fois plus de passagers au port qu’à l’aéroport!»
Coup de colère mis à part, Voyager a finalement été autorisé à reprendre ses rotations, trois jours par semaine. Un protocole strict a été établi, pas trop difficile à mettre en place sur un ferry : réduction de nombre de passagers accueillis, prise de température avant l’embarquement, port du masque obligatoire, port des gants, désinfection régulière du navire… Les gares maritimes ont été aménagées avec une signalisation pour que la distanciation sociale soit respectée. Un projet « bien plus sérieux que celui appliqué sur les avions locaux », tacle Jean-Claude Latournerie.


Pour sa reprise vendredi et la semaine prochaine, Voyager s’attend à recevoir à bord dix à vingt passagers. Même dans le cadre des motifs impérieux, il y a de la demande. « Des gens qui font l’objet d’une convocation judiciaire, des familles qui fonctionnent en garde partagée, des chefs d’entreprise qui télé-travaillent depuis deux mois et ont besoin de voir leurs équipes… Je reçois beaucoup d’appels. Quand il s’agit d’aller voir son frère ou sa famille par simple convenance, on leur dit qu’il faut encore attendre un peu. » Pour rappel, les raisons acceptées sont définies par l’article 5 du décret n°2020-548 du 11 mai 2020 (motif impérieux d’ordre personnel ou familial, un motif de santé relevant de l’urgence ou un motif professionnel ne pouvant être différé).

Depuis mi-mars, toute l’équipe de Voyager est au chômage partiel. Et dans ces circonstances, les liaisons seront effectuées à perte pour la compagnie maritime. «Mais c’est ce qu’on a toujours fait, après chaque cyclone », indique Jean-Claude Latournerie. « S’il est évident qu’il faut encore prendre des précautions, il faut aussi relancer l’économie car beaucoup d’entreprises rencontrent de grandes difficultés. » Devant les inquiétudes des habitants, il rassure : « Il n’est pas question de laisser entrer tout le monde à St Barth. Chez Voyager, nous sommes bien conscients des contraintes qu’elle occasionne pour les passagers, mais notre objectif premier est de bien protéger la population et nos équipes.» Avec ces difficultés économiques, faut-il s’attendre à l’avenir à une hausse du prix du billet ? « Non, nous n’avons pas l’intention d’augmenter nos tarifs », promet-il.
Aucune date de reprise n’a été fixée pour la compagnie Great Bay Express, qui relie Gustavia à Philipsburg : les liaisons internationales sont encore totalement à l’arrêt.

> Programme des rotations : Vendredi 22, mardi 26 et jeudi 28 mai :
- Départs de St Martin Marigot à 8h et 16h vers St Barth Gustavia
- Départs de St Barth Gustavia à 9h25 et 17h30 vers St Martin Marigot
Les horaires de la semaine suivante seront déterminés en fonction du nombre de passagers réels de la première semaine.

________________________________________________________________________________________

Air Antilles aussi se sent lésée

L’Etat a signé une convention avec Air Caraïbes pour assurer la continuité territoriale dans les Antilles (en partenariat avec St Barth Commuter pour notre île). Air Antilles a publié un communiqué mardi matin pour annoncer la suspension de ses vols entre Guadeloupe et Martinique jusqu’à nouvel ordre. Elle opérait dans le même cadre des restrictions faites aux voyageurs, mais se dit “victime systématique de refus d’autorisation de vol par la préfecture de Guadeloupe”. Air Antilles “s’interroge sur les critères d’attribution de ces autorisations qui ne permettent qu’à une seule compagnie d’opérer la desserte entre les deux départements.”