Tous les voyants économiques au vert

L’Iedom* a présenté mardi matin son premier rapport économique basé sur des chiffres post-ouragan Irma. Emploi, crédits, tourisme, BTP, finances publiques : aucun nuage à l’horizon pour l’économie de Saint-Barthélemy, dont le redressement rapide est remarquable.

 

L’Iedom passe chaque année au crible l’économie de Saint-Barthélemy. Le rapport 2019 sur l’année 2018 a été présenté mardi, et c’est le premier qui se base sur les données post-Irma. Constat : « Globalement, les choses sont revenues à la normale, même mieux que la normale », résume Gilles Genre-Grandpierre, directeur de l’Iedom. «La capacité hôtelière est équivalente à avant l’ouragan, on constate une tension sur le marché de l’emploi notamment dans les travaux publics ; comme à Saint-Martin, les entreprises ont du mal à trouver des compétences. C’est un indicateur optimiste», poursuit-il. « On constate une baisse très significative des quelques chômeurs qu’il y avait à Saint-Barth en 2018. Le secteur bancaire prospère, on assiste à une hausse des dépôts en 2018, en raison des versements des assurances. Pour conclure, nous sommes très optimistes, le redressement post-catastrophe naturelle s’est fait de manière assez remarquable. »

Voilà résumé le contenu du rapport. Les chiffres sont éloquents : le chômage qui avait connu un pic dans les mois qui ont suivi Irma est redescendu à 4,2%, la moitié du taux actuel en métropole. Parallèlement l’emploi salarié explose, avec une hausse de 25% en 2018 et 30% sur la première moitié de 2019.

 

Le BTP  flambe

En 2018, les crédits à la consommation augmentent, l’activité BTP flambe. L’import de ciment bondit de 34,9%. « On sera à environ 22.000 tonnes en 2019 contre 15.000 avant Irma », commente David Lauret, co-rédacteur du rapport. Les crédits immobiliers augmentent de 13,1% en 2018. Si la reconstruction est quasiment achevée, l’activité du BTP, qui emploie 22,7% des actifs de l’île, ne faiblit pas en 2019.

 

Côté tourisme, bien sûr, l’année 2018 a été difficile, en particulier les premiers mois. La taxe de séjour perçue par la Collectivité a chuté de 66%, la fréquentation du port et de l’aéroport de près de 21%. Pas de grosse difficulté néanmoins pour les caisses de la Com qui compense avec des recettes de droits de quai en hausse. Les visiteurs sont attendus en nombre pour la saison qui s’ouvre, « à des niveaux plus élevés de 20% par rapport à avant Irma », confirme David Lauret.

 

Bref, tous les voyants sont au vert et l’économie tourne à plein régime. Les actifs financiers s’élèvent à plus de 53.000 euros en moyenne par habitant, contre moins de 20.000 euros en métropole, et moins de 6.000 euros à Saint-Martin. Le PIB par habitant (38.994 euros), déjà l’un des plus élevés de France, augmente. Il reflète l’activité florissante sur le territoire.

A tel point que la main d’œuvre est très insuffisante. Le besoin dans les îles du Nord a explosé en 2018, avec 139% de hausse en projets de recrutement. Près de 55% de ces projets sont contrariés par le manque de main d’œuvre sur place. A Saint-Barthélemy, cette pénurie peut aussi être attribuée à la crise du logement. Toutefois, si cette dernière freine le développement de l’activité, « sans ce problème, on aurait simplement eu un taux de croissance encore plus élevé. » L’île prospère « malgré ce frein. »

 

> Le rapport est à lire sur le site www.iedom.fr.

 

(*) Institut d’émission des départements d’outre-mer, filiale de la Banque de France.

_______________________________________

La remontada de Saint-Barth en dix chiffres

 

Dix chiffres extraits du rapport de l’Iedom sur l’année 2018 suffisent pour illustrer le retour rapide et en force de Saint-Barthélemy après le passage de l’ouragan Irma, au niveau économique.

 

6.922

entités économiques enregistrées à la Cem, soit une hausse de 6,3%.

 

-19,3%

La baisse du nombre de demandeurs d’emploi entre 2017 et 2018.

 

+139,1%

la hausse du nombre de projets de recrutement des entreprises des îles du Nord, principalement dans la construction (36,2%) et l’hébergement-restauration (27,5%).

 

27,1 millions d’euros

La capacité d’autofinancement de la Collectivité de dégagée en 2018, en pleine reconstruction.

 

+ 36,9%

la hausse des recettes des droits de quai en 2018 (18,3 millions d’euros).

 

+ 31,2 %

la hausse du nombre de conteneurs EVP déchargés au port de commerce (9.656)

 

+ 34,9%

la hausse des ventes de ciment.

 

29.311

le nombre de comptes bancaires gérés localement (hors Banque Postale), en hausse de 2,7% sur un an.

 

+13,1 %

la hausse des crédits immobiliers souscrits.

 

378,2 millions d’euros

l’encourt de crédit en 2018 dans un contexte de reconstruction.


JSB 1351



















Journal de Saint-Barth N°1351 du 21/11/2019

Cata Cup
Sécurité routière
Île prospère