La Cem explore le réseau du goût et des saveurs

Une affaire de goût et de saveurs, mais pas uniquement. Vendredi 1er octobre, le directeur de la Chambre économique multiprofessionnelle (Cem), Thierry Gréaux, a rencontré le responsable du projet « Réseau des cités du goût et des saveurs », Loïc Sorin. L’objectif de cette rencontre, qui s’est tenue à Gustavia, était d’évaluer les possibilités de mise en place à Saint-Barth des outils proposés par le réseau, qui a déjà tissé sa toile dans de nombreuses régions de France.
Pour résumer en quelques mots, la Cité du goût et des saveurs est un concept qui a trois buts. Le premier est d’informer le grand public sur l’alimentation, la santé et les savoir-faire des producteurs locaux. Le deuxième est d’accompagner ces producteurs dans leur projet de développement et, le troisième, de promouvoir les savoir-faire et les produits locaux auprès de la clientèle touristique et locale.

Un diagnostic avant tout
Le réseau a été créé par les chambres des métiers afin d’élaborer et de mettre en place une stratégie alimentaire sur l’ensemble des territoires. « Toutes les chambres des métiers ont désormais une Cité du goût, explique Loïc Sorin. Donc je suis venu voir si Saint-Martin et Saint-Barth sont intéressées à l’idée d’intégrer le réseau. » Pour l’heure, avant tout autre chose, la Cem envisage de mener un vaste diagnostic de la situation économique sur l’île. Toutefois, la perspective de développer une nouvelle méthode de travail avec les services et les acteurs locaux n’est pas pour déplaire à Thierry Gréaux.
« La Cem dispose déjà de beaucoup d’attribution, remarque son directeur. Nous avons la volonté de développer l’artisanat, comme la pâtisserie, par exemple. Nous travaillons également au développement des formations obligatoires et, demain, des formations qualifiantes dans plusieurs domaines. L’idée est également de parvenir à susciter des vocations. » Un vaste programme qui, comme le remarque le responsable du projet « réseau des cités du goût et des saveurs », s’inscrit dans le concept général.

Promouvoir et développer localement
Pour Loïc Sorin, si le réseau permet une réflexion sur les besoins, il apporte aussi un accès à des compétences techniques partagées. « Celles-ci bénéficieront en premier lieu au développement local », insiste le responsable. « A Saint-Martin, ils sont un peu plus avancés en ce qui concerne le diagnostic, souligne Thierry Gréaux. Donc il faut que l’on profite de ce travail de mutualisation. Notamment par l’intermédiaire du réseau Caraïbe. »
Ce fameux diagnostic devrait débuter à Saint-Barth en début d’année 2022. « On va travailler avec les acteurs du territoire, précise le directeur de la Cem. Les techniciens de tous les secteurs, de la restauration aux services de l’Etat. » Pour le moment, en ce qui concerne la Cité du goût et des saveurs, il s’agit donc davantage d’une prise de contact. « Nous avons toute une ligne de démarches à suivre et les décisions doivent être entérinées par les élus », rappelle Thierry Gréaux.
Loïc Sorin prend soin d’insister sur le fait que le projet qui verra le jour sur l’île sera « le projet choisi par Saint-Barth, avec ses orientations car il faut que la Cité du goût ressemble à son territoire ». Prochaine étape, qui sera également la première : le diagnostic. La suite paraît encore un peu lointaine et nécessite, par conséquent, de plus amples réflexions.

 

Journal de Saint-Barth N°1441 du 07/10/2021

Octobre rose à Saint-Barth
Cantine scolaire ou équilibre alimentaire