Fermés, ouverts ? Que se passe-t-il avec les restaurants ?

On ne sait pas vous, mais de notre côté, on a du mal à suivre. Voici ce que l’on sait : Bruno Magras a demandé à la préfète et au gouvernement d’accélérer le déconfinement à Saint-Barthélemy. Arguments : l’île s’est dotée d’une machine de tests rapides, et elle ne compte plus aucun cas de Covid-19 depuis des semaines. Les frontières restent fermées pour le moment. Emmanuel Macron et Annick Girardin ont dit d’accord au président de la Collectivité, dans le respect des mesures barrière.

 

Ce n’est pas la Collectivité mais le gouvernement qui fixe les règles du déconfinement. Toute la France était donc suspendue au décret sur la question. Mais entre les débats à l’Assemblée nationale, au Sénat, les centaines d’amendements déposés, la procédure a pris un peu de retard. En attendant, un décret entérinant le déconfinement a été signé le 11 mai, et il est valable jusqu’au mardi 12 mai à minuit.

 

Ce décret précise que certaines dispositions prises au niveau national peuvent être adaptées dans les Collectivités d’outre-mer comme la nôtre. On attend donc logiquement l’arrêté de la préfète qui doit suivre, précisant les choses pour Saint-Martin et pour Saint-Barthélemy.

 

Mais cet arrêté ne vient pas. La préfecture reste silencieuse, et dans ce cas, c’est le règlement national qui s’applique à Saint-Barth également.

 

Sauf qu’il a bien été annoncé que les commerces, incluant les bars et les restaurants pourraient rouvrir dès le 11 mai. Ce que beaucoup ont fait, bien entendu. D’autant plus que tous les socioprofessionnels ont été réunis la semaine dernière par la Com et la préfecture. Réunion au cours de laquelle la date du 11 mai leur a été confirmée à tous, et le suivi des consignes sanitaires a été laissé largement à leur appréciation, particulièrement par le Président de la Collectivité. Oui, ils doivent prendre des mesures, mais pas davantage de précisions ont été apportées : distanciation sociale, port du masque, gel hydroalcoolique ?

 

Du coup, quelques établissements ont ouvert leurs portes hier, chacun ayant pris des mesures sanitaires à sa façon.  Peu de masques, mais les tables plus ou moins éloignées les unes des autres, du gel hydroalcoolique à disposition… Trop peu pour la préfecture, qui tient à ce que le maximum de précautions soient prises.

 

Mais avant cela, tant que l’arrêté n’est pas signé, les restaurants et bars n’ont pas le droit d’accueillir du public, même à Saint-Barthélemy. C’est ce que les gendarmes sont allés expliquer aux gérants d’établissements de l’île, lundi soir.

 

Maintenant, tout le monde est donc suspendu à la publication de cet arrêté, dont l’objectif est de contenter autant la préfecture que la Collectivité sur l’équilibre entre la reprise économique et la sécurité sanitaire. La préfecture ne nous a pas donné plus d’informations pour le moment.

 

Toutefois, on sait qu'il doit être signé dans la journée de ce mardi, et qu'il devrait confirmer la réouverture des bars et restaurants à compter de mercredi 13 mai sur notre île. On ignore encore ce qu'il en sera pour la navigation de plaisance ou encore l'ouverture des discothèques.