Après Marius Stakelborough en juin dernier, c’est une autre bible de Saint-Barthélemy qui s’en va, Per Tingbrand, âgé de 83 ans. Les deux amis s’étaient retrouvés en 2010 à Saint-Barthélemy. © Photo Arlette Magras

Avec Per Tingbrand, une encyclopédie disparaît

Le Suédois Per Tingbrand s’est éteint, à l’aube du 42e anniversaire du jumelage entre sa commune, Piteå, et son île de cœur, Saint-Barthélemy. Le travail de recherche effectué tout au long de sa vie est inestimable.

 

Dans les années 70, Per Tingbrand navigue dans la Caraïbe avec plusieurs amis suédois lorsqu’il fait escale à Saint-Barthélemy. Fasciné par l’histoire de cette ancienne et unique colonie de la couronne, il se lie d’amitié avec plusieurs Saint-Barths tout aussi intéressés par leur passé scandinave. Des échanges commencent, des voyages se répètent. Le jumelage entre notre île et sa ville, Piteå, est entériné en 1978, et depuis, célébré chaque année.

“Who was who...”,
la référence

Avocat de profession, Per Tingbrand réalise un travail titanesque en épluchant les archives et documents de l’époque suédoise. Une tâche essentielle pour la connaissance du passé de l’île. En 1995 la mairie de Saint-Barthélemy, époque Daniel Blanchard, édite son ouvrage “Saint-Barthélemy à l’époque suédoise”, en français, à 500 exemplaires. Ce recueil regroupe des traductions de textes de l’époque issus des archives de Stockholm, et des informations précieuses sur Saint-Barth au XIXe siècle. Il faudra quelques années supplémentaires à Per Tingbrand pour sortir l’ouvrage-bible “Who was who in St Bartholomew during the swedish epoch”, en 2001 : un annuaire ultra-complet recensant plus de 6.000  personnes ayant vécu à Saint-Barth durant l’époque suédoise, en 400 pages, qui s’est imposé comme référence pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de l’île.

Né le 8 mai 1937, avant de se piquer de passion pour Saint-Barth et son histoire, le Suédois avait toujours été attiré par les aventuriers et explorateurs ; avant les Caraïbes, il a beaucoup voyagé en Océanie, racontant toutes ses découvertes et ses rencontres dans la revue du Piteå Yacht Club, et au cours de conférences en Suède. Son existence prend un tournant en 1989 ; un accident le laisse handicapé et le pousse à la retraite, en 1991. Il n’arrête pas pour autant de travailler et publie différents écrits sur l’explorateur suédois Daniel Solander, en parallèle de son travail sur le “Who was who…”. En 1999, lors de la fête patronale du 24 août, Per Tingbrand est fait citoyen d’honneur de Saint-Barthélemy. Cinq mois après le décès de son ami Marius Stakelborough, c’est un second puits de science sur  l’histoire de Saint-Barth qui disparaît avec Per Tingbrand. Il avait 83 ans.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

“Nous perdons un fidèle ami de Saint-Barthélemy”

“Avec le triste départ de Per Tingbrand, nous perdons non seulement un fidèle ami de Saint-Barthélemy, mais aussi un historien hors pair connaissant sans doute mieux que quiconque la fascinante histoire de notre territoire. Il avait consacré une bonne partie de sa vie à faire des recherches historiques et écrit de nombreux ouvrages concernant le passé de l’île. Le livre “Who Was Who” a aidé nombreux ressortissants de l’île à découvrir leur passé généalogique. C’est sa passion sans limite pour Saint-Barth qui lui a donné l’énergie nécessaire pour réaliser une telle œuvre.
Per était aussi un homme du présent. Il était l’une des forces vives ayant œuvré pour la mise en place du jumelage de St. Barthélemy avec la ville de Piteå en Suède (1978). Ce jumelage aujourd’hui plus soudé que jamais témoigne d’une profonde amitié transatlantique entre deux communautés liées par près d’un siècle d’histoire partagée. C’est quelque chose d’unique et qui n’aurait pas pu se réaliser sans l’impulsion initiale de Per Tingbrand.
Les membres de l’Association St. Barth des Amis de St. Barth (l’ASBAS) adressent leurs condoléances et meilleures pensées à la famille de Per Tingbrand.”

Nils Dufau / ASBAS

 

Journal de Saint-Barth N°1395 du 28/10/2020

Une saison sans paquebot
Décès de Per Tingbrand
Père Evariste Hitayezu