Le quai qui devrait accueillir l’activité de location de bateaux à la journée, proposé à la Collectivité pour 2,5 millions d’euros. CA côté, le petit immeuble de la rue de la Paix, pour 2,1 millions d’euros. Il devrait être détruit pour la construction du parking souterrain.

Une enveloppe de 4,6 millions d’euros pour des biens stratégiques à Gustavia

Un quai à La Pointe, qui devrait accueillir les bateaux de location à la journée, et un immeuble rue de la Paix.

 

Le conseil territorial a validé la dépense de 4,6 millions deuros pour lacquisition de deux bien dans Gustavia.

Le premier vote seffectue en labsence de Bruno Magras : le quai concerné, en face du restaurant La Guérite, étant vendu par son beau-frère.

« Jai réussi à négocier une baisse par rapport au prix initialement proposé ! » lance le Président avant de quitter la salle. Les élus valident le prix de 2,5 millions deuros pour ces 454 m2 qui accueillent déjà la société de location de bateaux Ocean Must. Un montant légèrement supérieur à lévaluation de France Domaine, établie à 2,46 millions deuros.

 

Hélène Bernier, élue Saint-Barth Autrement, sinquiète du surcoût que représentera déventuels travaux  : « Dans quel état est ce quai ? Y aura-t-il des travaux à faire?» Sophie Durand-Olivaud, directrice des services techniques, répond sans ambages : « Je ne sais pas. Laménagement viendra dans un second temps. » « On saisit une opportunité, cest conforme à la politique dacquisition de la Collectivité », résume le vice-président Nils Dufau, qui présente le dossier. «Je pense que lobjectif de la Collectivité est de devenir propriétaire de toutes les parcelles autour de la rade, ne serait-ce que pour faire une promenade dun bout à lautre », ajoute Sophie Durand. La somme pour lachat de ce quai est provisionnée. Il devrait accueillir dautres sociétés de location de bateau à la journée, day charters, notamment les catamarans installés en face qui manquent despace, près de la gare maritime. 

 

Une salle de spectacles  Stelios Haji-Ioannou ?

Bruno Magras revient dans la salle pour la seconde acquisition du jour, un immeuble de quatre logements sis rue de la Paix, vendu par lhomme daffaires Stelios Haji-Ioannou, armateur chypriote et fondateur dEasyJet, qui possède de nombreux biens immobiliers sur lîle. « Il aimerait bien que, sil y a une salle de spectacles, son nom y figure. Je lui ai dit que je ny voyais pas dinconvénient, en fonction de la transaction que nous allons faire... Il a déjà accepté de ne pas surenchérir à lévaluation de France Domaine, inférieure à ce quil a acheté si jai bien compris», annonce Bruno Magras. En gros, sil fait une ristourne à la Collectivité sur son bien,  facilitant ainsi la construction du parking, Stelios Haji-Ioannou pourrait bien se voir remercié officiellement par une dénomination de la salle de spectacles... Mais pour linstant, rien nest acté.

 

Ce bâtiment est accolé à la vaste parcelle où la Collectivité projette de construire le parking souterrain de 160 places environ, qui serait surplombé par une salle de spectacles. Il empiète même sur cette dernière, en partie. Il doit donc être acheté pour être détruit. Pas de discussion sur le sujet, les élus votent pour.

 

________________________

Statu quo sur léconomie

 

Les petites entreprises, commerçants et indépendants sont dans le dur de la crise du coronavirus, en particulier celles qui ne savent pas quand elles pourront rouvrir, ni dans quelles conditions.

Ce sujet central na été soulevé à aucun moment par les élus, au conseil territorial de vendredi. Ni lors des précédentes réunions, hormis lorsquil sétait agi dexpliquer la continuité de lactivité BTP, au tout début du confinement. Il nen a pas parlé en séance publique, mais après le conseil territorial, lélu Xavier Lédée a évoqué le sujet sur sa page Facebook : «Javais en amont du conseil territorial suggéré que compte tenu de la situation actuelle, il aurait pu être opportun de créer une réserve financière en vue dune éventuelle aide aux sociétés les plus impactées par ce confinement. Pour constituer cette réserve, une option pouvait être de négocier un report de [ces acquisitions] en actant le principe, voire la vente, mais en reportant son paiement à lannée prochaine. Cette proposition na généré de retour de la part daucun élu. »

Journal de Saint-Barth N°1372 du 22/04/2020

Zéro cas avéré
Automates de dépistage en route
Transat virtuelle
Conseil territorial