La facture du bromate tombe

> Outre le bromate, des investissements pour améliorer la desserte en eau à Vitet ont été engagés.


Autre délibération concernant la Saur, mais cette fois en sa qualité de distributeur de l’eau potable. Après la crise bromate, la société et la Collectivité ont fait les comptes. Les différents essais, les nettoyages, et les investissements engendrés par le nouveau procédé du traitement de l’eau vont être en partie absorbés par les abonnés. Cette répercussion avait déjà été annoncée par Bruno Magras en octobre dernier (JSB 1345). Le financement d’équipements pour améliorer la desserte en eau du quartier de Vitet pèse aussi, avec l’installation d’un booster au niveau du parking qui borde l’aéroport de Saint-Jean, afin de faciliter le remplissage du réservoir en attendant que la nouvelle conduite d’eau soit terminée. A combien va se chiffrer cette hausse ? La part Collectivité resterait inchangée. Les élus débattront sur la proposition suivante de la Saur. La part fixe de l’eau de ville augmenterait de 1 euro, pour atteindre 15,64 euros. De 0 à 10 m3, le consommateur paierait 1,21 euro, au lieu de 1,07 euro. De 11 à 250 m3, le tarif passerait de 2,32 euros à 2,75 euros. Et au delà de 250 m3, de 4 à 4,7 euros. In fine, la hausse est estimée à 40 euros supplémentaire par an pour un consommateur lambda.
L’avenant comporte aussi une prorogation du contrat de délégation de service public entre la Com et la Saur, de quatre ans supplémentaires.


Journal de Saint-Barth N°1361 du 06/02/2020

Art Week
Débat d'orientations budgétaires
Disparition de France Antilles