« Les activités associatives doivent correspondre à l’orientation politique donnée par les élus »

Les sommes allouées aux associations ont animé les débats lors du conseil territorial de jeudi dernier. Et notamment la dotation au CTTSB. Hélène Bernier fustige un manque de transparence de son budget, des « commentaires injustes » selon son président Nils Dufau.

Traditionnellement, la distribution des subventions aux associations et satellites de la Collectivité anime les discussions du conseil territorial. L’enveloppe s’élève à 2,1 millions d’euros au total.

Le Président s’est fendu d’un petit discours introductif appelant à éviter les largesses : « On ne peut pas être dans une Collectivité où n’importe qui se lève un beau matin et dit “je vais créer une association.” Les activités de la vie associative sur cette île doivent correspondre à l’orientation politique donnée par les élus. J’ai reçu une demande pour une piste de karting… Il y a toujours des rêveurs. Il faut que l’argent de la Collectivité soit utilisé à bon escient, et que les associations fournissent une lisibilité de ce qui a été fait et de ce qu’il est prévu de faire, et comment. » Hélène Bernier rebondit aussitôt : « Je suis très contente de ce que vous venez de dire M. le Président. » « Quel honneur ! » sourit ce dernier.

Elle ne relève pas : « On reçoit des demandes sans aucun dossier, et on propose des sommes mais sur quelle base ? On n’a pas les documents. En l’absence de commission du tourisme, qui examine les documents du CTTSB ? C’est une association au même titre que les autres. Je ne remets pas en cause le travail qu’ils effectuent, mais je me demande qui décide de leur accorder 544.000 euros ? » « Ces comptes sont vérifiés par un comptable, le budget qui leur est alloué doit être justifié », répond le Président.


« Nous devons voter en connaissance de cause »
La tête de liste Saint-Barth Autrement assure que malgré de nombreuses demandes, elle n’a pas réussi à obtenir le compte clos du budget 2018 du Comité du tourisme. «Quel élu a reçu les documents du CTTSB ? Francius ? Ernest ? Bordjel ? Xavier ? » interroge-t-elle à la cantonade. « Pourtant, c’est la loi, c’est une obligation. Pourquoi les élus n’ont pas accès aux comptes ? Nous devons voter en connaissance de cause. J’y suis allée, j’ai écrit cinq fois à Nils, je n’ai pas eu le budget donc je ne sais pas ce qu’ils ont fait en 2018. »

La directrice du CTTSB Marie-Laure Belzic, présente dans la salle, et Bruno Magras expliquent que l’association a jusqu’au mois de mai pour rendre son budget, une fois qu’il a passé toutes les étapes de la comptabilité. « Les documents n’ont pas été envoyés tout simplement parce qu’ils n’étaient pas encore prêts », conclut le Président. « Marie-Laure Belzic est venue présenter le budget au conseil exécutif », intervient la vice-présidente Marie Angèle Aubin. « Mais c’est le conseil territorial qui vote », réplique Hélène Bernier. « Tu es sérieuse ? » s’agace la première. « L’association de Didier Laplace et le CTTSB sont des associations de loi 1901, qui fonctionnent de la même manière… On dit non à l’un et oui à l’autre », insiste Hélène Bernier. Marie-Angèle Aubin : « Tu ne peux pas comparer ce qui n’est pas comparable ! »

Entre temps, Nils Dufau, président du CTTSB, a envoyé un communiqué pour répondre aux « commentaires injustes » d’Hélène Bernier (il était absent de la salle au moment du vote des subventions, étant président de deux associations).
“Le 22 février, Madame Hélène Bernier, conseillère territoriale, a reçu à sa demande l’ensemble de ces documents en main propre au bureau du CTTSB, soit cinq semaines avant le conseil territorial du 28 mars. Par ailleurs, en prévision de la subvention octroyée chaque année au CTTSB, ce dernier remet à la Collectivité l'ensemble de ces documents. (…) S'agissant des comptes clos de l'exercice 2018, ceux-ci n'ont pu être communiqués à Mme Hélène Bernier pour la simple raison qu'ils ne sont pas encore disponibles. Toutes les pièces comptables 2018 du CTTSB ont été visées par l'expert-comptable qui doit soumettre le bilan au Commissaire aux comptes avant qu’il ne soit arrêté par le Comité directeur puis approuvé par l’assemblée générale ordinaire pour être ensuite remis aux services de la Collectivité avant le mois de mai 2019, comme le prévoit la convention d'objectif signée entre le CTTSB et la Collectivité”, écrit-il.

Au-delà de cette querelle, la baisse de la dotation au Comité du tourisme est notable : de 794.000 euros l’an dernier, l’enveloppe est abaissée à 544.000 euros. Même sort pour la Cem, qui voit son enveloppe passer de 461.000 euros en 2018 à 314.000 euros en 2019. En cause, des reliquats de trésorerie en fin d’exercice.


Moins d’argent
pour le sport et la culture
Les esprits s’échauffant sur le sujet du CTTSB, en salle du conseil, Corinne Fébrissy met fin le débat en présentant sa partie, les subventions aux associations sportives. « Elles ont diminué par rapport aux autres années, avec une enveloppe de 271.000 euros au total », note-t-elle. « On essaie de garder une ligne d’économie, comme nous le dit Bruno (Magras, ndlr). » Après son exposé, au tour d’Elodie Laplace d’évoquer la culture. « La somme totale proposée est de 231.440 euros, sachant que les demandes s’élevaient au total à 650.000 euros. Nous avons diminué les subventions par rapport à l’an dernier. »

Pas de souci pour les budgets présentés par Nicole Gréaux, première vice-présidente, en social, ni pour ceux de Francius Matignon, en charge du scolaire.
Le mot de la fin revient à Ernest Magras : « Après quelques mois passés en politique, je suis d’avis que le maximum de transparence soit appliqué pour l’ensemble du conseil territorial. Je crois que quand j’ai voté le fait de ne pas faire de commission tourisme, j’ai fait une erreur. Voilà ce que je voulais dire ce soir. »


JSB 1322

Journal de Saint-Barth N°1322 du 04/04/2019

Festival Livre & Jazz
La Confiance
Conseil territorial
Anniversaire du marché
Hôpitaux