Smart Island : Gaël Musquet, un hacker citoyen pour prévenir les catastrophes naturelles

Météorologue et “hacker citoyen”, le Guadeloupéen Gaël Musquet, Chevalier de l’Ordre national du mérite pour son travail sur la prévention des catastrophes naturelles, est l’un des invités de la troisième édition de Saint-Barth Smart Island, événement organisé par la Cem jusqu’à samedi au Manapany.

 

«Je ne viendrai pas les mains vides ». Gael Musquet a bien l’intention de venir à Saint-Barthélemy avec davantage qu’une conférence dans sa musette. Il entend fournir à notre territoire des clés supplémentaires pour la prévention des catastrophes naturelles et la gestion de crise. Son terrain de jeu : la technologie.

 

Né en 1980 aux Abymes, Gaël Musquet avait 9 ans lors du passage de l’ouragan catégorie 4 Hugo sur la Guadeloupe. Une expérience qui l’a marqué. Peut-être celle qui l’a poussé à devenir ingénieur en météorologie. Il travaille aujourd’hui dans une base militaire de Normandie, mais déploie également ses compétences dans le domaine associatif.

 

« Une des choses qui m’a choquée, en Guadeloupe mais aussi dans le Sud de la France, c’est à quel point les populations ne sont pas préparées aux risques climatiques », explique Gaël Musquet. D’où l’avènement en 2016 de l’exercice géant Caribe Wave, mené dans toute la région avec l’appui de l’Unesco. Qui donnera naissance à l’association Hackers against natural disasters (Hand), dont on a beaucoup entendu parler en 2017 après le passage des ouragans Irma et Maria. Objectif : «Fournir un cadre global d’action et d’organisation décentralisée permettant à des cohortes de “technophiles” de se préparer à des situations de crise et de mettre à disposition leur compétence dans la phase immédiate post catastrophe. »

 

Un réseau de radioamateurs

Concrètement, Hand milite notamment pour le déploiement d’un réseau fourni de radioamateurs. Un système de communication à basse fréquence qui permet d’envoyer et recevoir des informations (vocales ou écrites) au moins aux îles voisines, voire au-delà. Tout citoyen peut devenir radioamateur en six mois, et passer une licence qui l’autorise à utiliser une fréquence. Le matériel est assez simple d’utilisation, garantit Gaël Musquet qui promet une démonstration sur place, au Manapany. « On s’est rendu compte après Irma que la communication arrive au même niveau de nécessité que les produits vitaux comme l’eau et la nourriture », indique-t-il. «Or, il n’y a aucune raison de se retrouver coupés du monde comme ça a été le cas après Irma. Il suffit d’une petite antenne, qui tient sur un trépied photo, pour communiquer avec tout l’Est des Etats-Unis, la Guadeloupe, et jusqu’en Europe, 5 watts suffisent. A La Réunion, on l’a fait avec des batteries de voiture. » L’association Hand peut fournir des piles à combustible, des panneaux solaires, des batteries pour pallier aux défaillances électriques. « Avec à peine 5 watts et dans des conditions idéales, je suis parvenu depuis chez moi, en Normandie, à communiquer avec la Tasmanie, à 21.000 km. C’est mon record ! » Avec Smart Island, Gaël Musquet espère donc recruter « cinq à dix candidats à Saint-Barth pour devenir radioamateurs ».

 

Autre cheval de bataille du président de Hand, la prévention. « La culture du risque est faible dans toute la France et dans les outre-mer. En comparaison, elle est martiale au Japon, ou la présence de cinq litres d’eau par pièce est imposée. » Cela passe par la simulation et la sensibilisation. « Il faut, au moins une fois par an, dédramatiser les catastrophes naturelles. Elles font peur, mais il faut pouvoir en parler en temps de paix. En profitant par exemple d’événements festifs pour y introduire des ateliers sur les gestes qui sauvent. Dernièrement, j’étais dans un hôtel au Gosier. La réceptionniste ne savait même pas que le territoire était sujet aux tsunamis, et encore moins les consignes à donner aux touristes en cas d’événement. Tout le monde à son rôle à jouer. » Les événements de ces dernières années en métropole, notamment les inondations subites qui ont provoqué la mort de plusieurs personnes non informées ou aux comportements fatals, prouvent qu’en ces temps de réchauffement climatique, la résilience des territoire passe par la prévention et l’apprentissage des bons réflexes. «En pleine crise, on n’est pas efficace. Il faut en parler en amont. »

 

Hand travaille aussi sur un système d’alerte par cellulaire. « Dès 2016, on a voulu montrer aux autorités qu’il existe déjà un protocole d’alerte, créé en France en 1997. Chaque personne sur le territoire est prévenue, même en cas de réseau saturé, même si elle a un opérateur étranger, par exemple. On dispose de tous les moyens, mais ils ne sont pas ou peu mis en œuvre par les autorités. »

 

L’expérience des Antilles, ses compétences de météorologue et son esprit “geek” ont permis à Gaël Musquet de se faire une place en tant qu’expert de la gestion des catastrophes naturelles. Il a été élevé en mars 2019 au grade de Chevalier de l’Ordre national du Mérite. « Grâce à cette distinction, on me répond plus souvent, nous sommes davantage écoutés. » Les préfectures de l’Île de France et du sud de l’Hexagone, qui accueilleront des épreuves des Jeux Olympiques 2024, ont récemment fait appel à lui. « Dans le cadre de l’accueil des JO, l’Europe impose un plan de prévention et de gestion en cas d’aléa climatique. J’ai une grande fierté à montrer ce que l’on fait dans les outre-mer. »



PROGRAMME

Jeudi 6 Juin
10 heures : Visite de la Ligne Saint-Barth

14 heures : Visite du centre de tri - Ouanalao Environnement DalkiaWastenergy

A partir de 18 heures, conférences débat
• “Résilience, énergie durable et biodiversité”
Expertise France - Fabian McKinnon, directeur du programme pour les PTOM des Caraïbes - Résilience, énergie durable et biodiversité
• “Aléas climatiques et résilience des télécommunications par l’innovation - Exemple de Saint-Barthélemy”
Solutech (Antoine Querrard, Hélène Girardeau) Collectivité (Pascal Peuchot)
• “Démarche environnementale et approche produit par le cycle de vie - Exemple d’une entreprise”
CCI Martinique (Isabelle Lise).

A partir de 20 heures : exposition & after
• Saint-Barth Solar & Watt Else : énergie solaire (lampes,
panneaux, batteries lithium…)
• Peel Off Plastics : peinture bio et produits d’entretien et de nettoyage bio
• Nude Hair : produits cosmétiques bio
• Dvis et Dformes


Vendredi 7 juin
10 heures : Visite des jardins du Manapany par une classe de
CM1 de l’école primaire de Gustavia

A partir de 18h : conférences débat
• “Restauration et préservation d’un écosystème”
Association Coral Restoration, Liza Blanchard
• “Travaux de préservation de Biorocks”
Association Ouanalao Reef - Turenne Laplace,
• “Inventaire faunistique et géo-référencement des espèces par applications” Agence Territoriale de l’Environnement de Saint-Barthélemy (ATE) – Jonas Hochart

A partir de 20 h : exposition & after
• Association Megaptera : Travaux de géolocalisation des baleines – film
• Island Nature St Barth Expériences (INE)
• Coral Restoration
• Ouanalao Reef
• Dvis et Dformes : Sculptures à partir de matériaux de récupération


Samedi 8 juin
De 18 heures à 20 heures : conférences débat
• “Gaspillage alimentaire : tous concernés !”
Ademe - direction régionale Guadeloupe - Marc Janin
• “Réduire le gaspillage et les déchets alimentaires : enjeux et solutions smart pour Saint-Barth !”
Xavier Corval - Président fondateur d’EQOsphère, rapporteur du Pacte National 1 de lutte contre le gaspillage alimentaire

20 heures : Cocktail de clôture (sur invitation)
Sponsorisé par le Manapany Hôtel & Spa et Segeco
Plantes aromatiques et arbres fruitiers offerts par la Cem –
La pépinière du vent.

• Animation musicale avec le groupe Hidden Dreams
• Proposition d’un Pacte d’engagement de lutte contre le gaspillage alimentaire - Pilotée par EQOsphère.

Exposition :
• Dvis et Dformes : sculptures à partir de matériaux de récupération
• Boutique-Hôtel Manapany : Défilé de mode
• EcoLogique : Machines à compost ménager et professionnel
• IDM : Fontaine à eau par captation d’humidité
• My Straw Company Saint-Martin : Gamme de packaging biodégradable
• La Vie Claire : Dégustations de boissons bio
• Manapany & Spa : Produits du Dr Hauschka

Infos : 0590.27.12.55 ou contact@cemsaintbarthelemy.com



JSB 1331

Journal de Saint-Barth N°1331 du 06/06/2019

Etang de Saint-Jean
Saison cyclonique
Tourisme
Miss France
Logement

Taux de change

Drapeau USA 1.108 USD Drapeau Russie 70.573 RUB
Drapeau Canada 1.468 CAD Drapeau Brésil 4.590 BRL