Le temps des baleines est venu


A partir du mois de janvier, les colosses rejoignent nos eaux chaudes. Demain vendredi, les habitants sont conviés à une conférence sur les baleines à bosse, présentée par l’association Megaptera.

 

C’est parti pour des mois à scruter l’horizon, dans l’espoir d’apercevoir le souffle caractéristique d’une baleine à bosse. Les passagers du Voyager ont eu le plaisir de croiser la semaine dernière la première baleine de l’année, près de l’île Tintamarre. L’ATE a publié un rappel des consignes pour une observation sans risque. Elles sont dans le coin, comme chaque année, pour se reproduire dans les eaux chaudes des Caraïbes.


Pour aller plus loin que la simple observation en amateur, l’association Megaptera organise vendredi une conférence « Mieux connaître les baleines à bosse pour mieux les protéger », à la capitainerie. « Megaptera est une association de connaissance et protection des mammifères marins et requins baleines, créée en 1998 à Mayotte », explique le conférencier Michel Vély, président de ladite association. « Nous avons été sollicités en 2014 par la réserve naturelle marine de Saint-Martin, qui souhaitait que l’on effectue le même type de suivi, avec des balises satellites. » Ainsi en 2014, Megaptera s’est déployée dans la région (Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Eustache, Saba et Anguilla) pour un marquage de baleines.


Demain soir, Michel Vély présentera à Saint-Barth les résultats de ce premier marquage. « On a notamment pu constater que l’on partageait les mêmes baleines entre l’Islande, Saint-Martin et la Guadeloupe. » La collecte de données est la principale mission de l’association Megaptera, qui ne fonctionne qu’avec des bénévoles.

 

C’est l’autre objectif de cette conférence : informer et recruter des amateurs qui pourront participer au suivi des baleines. D’autant plus que Saint-Barthélemy vient d’autoriser Megaptera à effectuer des prélèvements sur les mammifères qui fréquentent ses eaux, afin d’étudier leur génétique. Les biopsies permettront de confirmer ou non les observations : les baleines des Caraïbes seraient liées à celles du Cap Vert.


« On aimerait avoir un petit groupe de passionnés sur chaque île, qui contribuerait à la connaissance de cette espèce », poursuit Michel Vély. « C’est bien de voir les baleines, mais c’est encore mieux de pouvoir les photographier, puis les identifier à partir de leur caudale. On espère susciter un engouement, d’autant plus qu’à Saint-Barth, elles viennent très près des côtes, et il y a des vues mer exceptionnelles… »


Le spécialiste parlera aussi de la protection de ces cétacés, qui actuellement se portent plutôt bien : les baleines à bosse sont passées de « en danger » à « vulnérable » sur la liste de l’UICN*. Elles subissent plusieurs types de menaces : chimiques, pollutions et plastiques qu’elles absorbent ; sonores, notamment lors de forages pétroliers, comme au large de la Guyane ; et humaines, avec la chasse, toujours en vigueur dans certaines îles du sud de la Caraïbe, et les éventuelles collisions contre d’imposants navires.

 

> Conférence « Mieux connaître les baleines à bosse pour les protéger », vendredi 1er février dans la salle de la Capitainerie, 18 heures, entrée gratuite.

> Infos sur www.megaptera.org et sur le groupe Facebook « Megaptera Suivez les baleines ».

 

(*) Union internationale pour la conservation de la nature

 

Photo ©Voyager

JSB 1313

 






Journal de Saint-Barth N°1313 du 31/01/2019

Fréquentation en berne
Loto du patrimoine
Art Week
Barracudas
Baleines

Taux de change

Drapeau USA 1.134 USD Drapeau Russie 74.577 RUB
Drapeau Canada 1.496 CAD Drapeau Brésil 4.202 BRL