Le Rotary local s’engage pour éradiquer la polio

La poliomyélite n’existe quasiment plus sur la planète grâce à une initiative mondiale lancée en 1988, dans laquelle le Rotary s’est beaucoup impliqué. Aujourd’hui, une nouvelle campagne est lancée pour arriver à bout de cette maladie mortelle. Saint-Barthélemy participe.

 

Comme tous les clubs Rotary de la planète, celui de Saint-Barth, et notamment les enfants de l’Interact mini-school, s’engage dans une nouvelle campagne pour enfin éradiquer complètement la poliomyélite. Cette maladie contagieuse s’attaque au système nerveux et provoque une paralysie qui peut être mortelle. Aucun remède n’existe, mais la vaccination est très efficace.

 

L’intense campagne de vaccination et de sensibilisation menée par de grandes institutions internationales (OMS, UNICEF) main dans la main avec le Rotary, depuis 1988, est à deux doigts de parvenir à l’éradication complète de cette maladie. D’où le nom de la campagne lancée cet automne à l’occasion de la Journée mondiale contre la polio, le 24 octobre : « À ça ».

 

Récolte de fonds et sensibilisation

 

A Saint-Barthélemy, l’Interact mini-school vend déjà des pin’s « End Polio Now » au profit de cette cause. Les enfants de l’île participeront à la visibilité de la campagne « A ça » via le concours de cuisine organisé pour le Gourmet Festival, entre le 1er et le 4 novembre. Enfin, l’urne rotarienne accueillant les dons à l’aéroport, détruite par Irma, sera remise à sa place.

 

Chaque année, le Rotary club local remet une partie des fonds levés à la Fondation Rotary, qui œuvre contre la poliomyélite. « Depuis sa création en 1994, notre club a reversé plus de 20.000 euros à la Fondation pour la lutte contre la polio », calcule Abigail Leese, l’une des quinze membres du club présidé par Didier Gréaux.

 

L’action contre la polio est d’autant plus importante qu’il ne reste plus que quelques foyers dans le monde, en Afghanistan, au Nigeria et au Pakistan. « En 2016, seulement 37 cas de polio ont été confirmés dans le monde, soit une diminution de 99,9 % par rapport aux années 80, durant lesquelles près de 1.000 nouveaux cas étaient recensés chaque jour », rappelle le Rotary. « Les cas restants sont les plus difficiles à vaincre en raison de l’isolement géographique, du faible niveau d’infrastructures, des conflits armés ou des barrières culturelles. Tant que la polio n’est pas éradiquée, le risque d’une épidémie existe pour la terre entière. »

 

> Renseignements via rotary97133@gmail.com ou Facebook: Rotary Club Saint Barthélemy.

JSB 1299