La Caraïbe en quelques brèves

La Barbade.
Passeport n°1 dans la Caraïbe
Selon le classement 2021 du Henley passport index, la Barbade conserve le passeport le plus « puissant » de la Caraïbe. Pour peu que le passeport français soit exclu, bien évidemment, puisque ce dernier permet à ses détenteurs de voyager sans visa dans 188 pays. Selon le classement 2021, la Barbade se situe au 22e rang des nations avec un passeport qui permet d’entrer (toujours sans visa) dans 161 pays. Saint-Kitts-et-Nevis apparaît en 24e place (157 destinations), suivi des Bahamas (25e, 155), d’Antigua-et-Barbuda et de Saint-Vincent-les-Grenadines (29e, 151), de Trinidad-et-Tobago (30e, 150), de Sainte-Lucie (31e, 146), de Grenade (33e, 144), la Dominique (34e, 143), la Jamaïque (67e, 85), la République Dominicaine (79e, 70), Cuba (84e, 64), Haïti (98, 49)... Le Henley Passport Index compare l’accès sans visa de 199 passeports différents à 227 destinations de voyage. En tête du classement, le Japon avec 193 destinations sans visa, Singapour (192), l’Allemagne et la Corée du Sud (191).

Haïti.
Près 15.000 migrants menacés d’expulsion par les Etats-Unis
Depuis plusieurs mois, de nombreux Haïtiens se pressent à la frontière qui sépare le Mexique des Etats-Unis. Près de 15.000 seraient actuellement massés au poste frontière de Del Rio, en quête d’un asile. Le gouvernement de Joe Biden avait pris la décision, peu après le séisme qui a ravagé Haïti le 14 août dernier, de suspendre les expulsions. Une mesure qui n’a pas duré puisque le rythme des expulsions s’est accéléré depuis le début de la semaine. Selon nos confrères de RFI, près de la moitié des passagers des trois vols qui ont décollé du Texas à destination de Port-au-Prince étaient âgés de moins de 5 ans. Des enfants nés principalement au Chili, où leurs parents avaient trouvé refuge depuis 2016. Les images des gardes frontières étasuniens poursuivant à cheval les réfugiés ont créé un vif émoi aux Etats-Unis comme dans l’opinion internationale.

Grenade / Saint-Kitts.
Le CDC étend sa liste des îles à « risque de voyage très élevés » en raison Covid
Le CDC (Centers for disease control and prevention) des Etats-Unis vient d’ajouter deux îles de la Caraïbe à sa liste des destinations à haut risque en raison de l’épidémie de Covid-19. Il s’agit de Grenade et de Saint-Kitts-et-Nevis. Ces deux îles, à l’instar d’autres pays dans le monde, sont passées au niveau 4 de vigilance du CDC. Comme l’Afghanistan (pour d’autres raisons, évidentes), Maurice, la Serbie, l’Albanie et... Saint-Barthélemy. Les destinations qui entrent dans la catégorie « Covid-19 très élevé » de niveau 4 ont enregistré plus de 500 cas pour 100 000 habitants au cours des 28 derniers jours, selon les critères du CDC.

Trinidad-et-Tobago.
Des testicules qui font réagir le ministre de la Santé
Dans un récent entretien, la rappeuse Nicki Minaj a affirmé que l’ami de l’un de ses cousins de Trinidad-et-Tobago, dont elle est originaire, a vu ses testicules enfler après s’être fait vacciner contre le Covid. Au point d’en devenir impuissant et d’être contraint d’annuler son mariage. La sortie de l’artiste, farouchement opposée à la vaccination, a provoqué une vague de réactions. Notamment celle du premier ministre britannique, Boris Johnson, qui a dénoncé la propagation de « mythes ridicules » uniquement destinés à « faire peur ». A Trinidad, cette histoire de testicules gonflés a déclenché un tollé sur le web. Et le ministre de la Santé a dû, mercredi dernier, évoquer le sujet en direct à la télévision. « Dans l’état actuel des choses, aucun effet secondaire ou événement indésirable de gonflement des testicules n’a été signalé à Trinidad-et-Tobago », a ainsi déclaré le Dr Terrence Deyalsingh. Et d’ajouter, manifestement dépité : « Malheureusement, nous avons perdu un temps fou à traiter cette fausse affirmation.» La lutte contre la désinformation et les fausses allégations concernant les vaccins anti-Covid continuent d’occuper une grande partie du temps des responsables de santé dans le monde.

Iles Vierges.
200 licenciés après la fermeture d’une raffinerie
Les deux-cent salariés de la Limetree Bay Refining ont définitivement quitté leur lieu de travail, vendredi 18 septembre. La raffinerie a fermé ses portes, trois mois après l’annonce de la suspension de ses plans de relance, selon le Saint-Thomas Source. En faillite, la société continue de travailler à la recherche d’un repreneur pour le site industriel. « C’est un jour triste aujourd’hui alors que nous disons au revoir aux hommes et aux femmes dévoués qui ont travaillé si dur pour redémarrer la raffinerie », a déclaré Jeff Rinker, PDG de Limetree Bay. La raffinerie avait arrêté de fonctionner il y a dix ans. Son redémarrage n’a donc pas été couronné de succès.

Saint-Kitts-et-Nevis.
38 ans d’indépendance
Dimanche 19 septembre, Saint-Kitts-et-Nevis a célébré le 38e anniversaire de son indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. En raison des protocoles Covid-19, certains des événements habituels - tels que des spectacles de calypso ou des défilés de danseurs costumés - n’ont pas pu avoir lieu, tandis que d’autres ont été réduits pour limiter les risques pour la santé des citoyens. Les activités de célébration sont réparties tout au long du mois de septembre et se déroulent jusqu’en octobre 2021.

Porto-Rico.
Quatre ans après Maria, le pays peine toujours à se reconstruire
Irma n’est pas le seul ouragan dont les traces du passage sont toujours aussi visibles. A Porto-Rico, quatre ans après Maria, de nombreux aménagements de reconstruction n’ont toujours pas été entrepris. Pour exemple, comme le rapporte un article du site NBC News, la modernisation du réseau électrique est littéralement à l’arrêt. Des milliers de maisons sont encore à reconstruire et beaucoup d’entre-elles restent recouvertes par des bâches bleues, les coupures de courant interviennent encore régulièrement, des bâtiments scolaires attendent une rénovation, sans oublier les routes, les ponts et d’innombrables infrastructures. Une analyste du groupe de réflexion « Center for a new economy », basé à Porto-Rico, estime que « la reconstruction après l’ouragan n’est que l’un des trois chocs systémiques qui défient le pays, avec la pandémie de Covid et dix années de crise financière. » L’ouragan Maria a causé 90 milliards de dollars de dommages. Le Congrès a alloué au moins 63 milliards de dollars aux opérations de secours et de récupération en cas de catastrophe. Selon le Recovery Support Function Leadership Group de la FEMA (Federal emergency management agency, l’agence fédérale des situations d’urgence, un organisme gouvernemental étasunien), Porto-Rico a reçu environ 18 milliards de dollars, soit seulement 39% des fonds.

La Barbade.
A la poursuite du modèle norvégien
Le gouvernement de la Barbade a pour ambitieux objectif, à l’horizon 2030, que tous les véhicules qui circulent sur l’île fonctionnent uniquement à l’électricité ou avec des carburants alternatifs. De plus, le but est également que 95% de la production d’électricité soit fabriquée à partir de sources renouvelables. Dans un article du Climate home news, il est précisé : « La nation caribéenne de la Barbade poursuit ce qu’un responsable clef a appelé le « modèle norvégien », c’est-à-dire en exportant du pétrole et du gaz tout en nettoyant ses propres voitures et sa production d’électricité. » Car, dans le même temps, le gouvernement soutient deux programmes d’exploration pétrolière (avec la société australienne BHP) et gazière (avec le gouvernement de Trinidad-et-Tobago) dans ses eaux. « Notre vision est que d’ici 2030, la plupart des foyers barbadiens auront des panneaux solaires photovoltaïques sur leurs toits et un véhicule électrique dans leur garage », a déclaré le Premier ministre Mia Mottley.

Martinique.
Couvre-feu et confinement
maintenus
La préfecture a pris la décision de maintenir le confinement et le couvre-feu en vigueur sur le territoire. Les Martiniquais peuvent sortir de chez eux entre 5 heures et 19 heures dans un rayon inférieur à dix kilomètres de leur domicile, sur présentation d’un justificatif de domicile, et à plus de dix kilomètres s’ils sont en possession d’une attestation.

Guadeloupe.
Couvre-feu « allégé » depuis hier, mercredi 22 septembre
Si la préfecture estime que la situation sanitaire s’améliore légèrement sur l’île, le couvre-feu a toutefois été maintenu. Il a juste été « allégé » puisqu’il passe de 19 à 20 heures pour se terminer à 5 heures du matin. Les déplacements restent limités à un périmètre de dix kilomètres autour du domicile, sur présentation d’une attestation de sortie. L’accès aux plages est également réduit : de 5 à 11 heures le matin et de 15 à 18 heures l’après-midi, par groupe de six personnes maximum.

Saint-Martin.
Recul du couvre-feu
Les habitants de Saint-Martin ont vu, depuis vendredi 17 septembre, les horaires du couvre-feu imposé par la préfecture passer de 21 à 22 heures, jusqu’à 3 heures.

Journal de Saint-Barth N°1439 du 23/09/2021

300 opposants dans la rue/Décès à l'Ehpad/Cyclone : la menace "Sam"