La Caraïbe en bref

Sint-Maarten.
Le chômage au cœur des priorités ministérielles
Le ministre de la Santé publique, du développement social et du Travail, Omar Ottley, a déclaré que la lutte contre le chômage reste un point crucial pour son ministère l'année prochaine. Un article du Daily Herald évoque ainsi le plan exposé par le ministre devant les députés lors du Comité central du Parlement, mardi dernier. Refonte de certains articles du code civil, finalisation de l’ordonnance nationale « pour mettre fin à l’abus des accords de travail à court terme », etc. Le principal objectif est de « rendre le travail plus flexible », a déclaré le ministre. Traduction : rendre les contrats des travailleurs plus flexibles. Rien de nouveau sous le soleil. Néanmoins, Omar Ottley a déclaré : « Une partie essentielle de ma vision est d'investir dans notre capital humain en augmentant les compétences de nos employés. Grâce à cette politique, de grands projets s'engagent pour investir dans nos établissements d'enseignement par le biais de dons financiers. Les entreprises ont commencé à contacter le ministère pour étendre leur aide à la formation. » Il a donné pour exemple un protocole d'entente avec Simpson Bay Resort, en collaboration avec le National Employment Services Centre, qui offrira une formation professionnelle gratuite pour les chômeurs.

Iles Vierges (US).
Bataille d’enchères autour
du rachat de la raffinerie
de Limetree Bay
Un article du Daily News rapporte la bataille financière et judiciaire qui agite le rachat de la raffinerie de Limetree Bay, à Sainte-Croix. Samedi soir, c’est la société jamaïcaine de stockage de pétrole West Indies Petroleum qui a remporté la deuxième vente aux enchères avec une offre de 62 millions de dollars, soit plus du double de son engagement initial de 30 millions de dollars. Sainte-Croix Energy, le groupe d'investisseurs qui a remporté la première enchère le 18 novembre, a déposé un dossier par le biais de l'avocate de la raffinerie de Limetree Bay, Elizabeth Green, auprès du tribunal américain des faillites du district Sud du Texas. Dimanche soir, toujours selon le Daily News, les avocats de Sainte-Croix Energy ont déposé une objection à la vente à West Indies Petroleum. La société avait remporté la première enchère avec une offre de 20 millions de dollars. Ses avocats affirment que « la vente aux enchères rouverte et les offres soumises » sont nulles. Pour mémoire, le ministère de la justice a déposé une plainte contre Limetree le 12 juillet dernier, affirmant que les opérations de la raffinerie avaient enfreint à plusieurs reprises le Clean Air Act. La raffinerie avait déjà fermé ses portes en 2012 après des années de dérives économiques. Le redémarrage « bref mais désastreux », selon la journaliste du Daily News, en février dernier a entraîné plusieurs incidents de contamination environnementale. En effet, près de 1.200 maisons à proximité de l’usine ont été recouvertes de particules de pétrole. Des centaines d'employés et de sous-traitants de la raffinerie ont été licenciés.

Saint-Vincent-les-Grenadines.
Le gouvernement licencie
12 enseignants non vaccinés contre le Covid
Le syndicat des enseignants de Saint-Vincent-les-Grenadines a communiqué la semaine dernière que le fait que douze enseignants ont été officiellement licenciés par leur ministère de tutelle. La raison? Ils n’étaient pas vaccinés contre le Covid-19. « Nous nous attendons à ce qu'il y en ait davantage aujourd'hui (des licenciements, ndlr) et nous surveillons de très près ce qui se passe, mais l'engagement du syndicat est d'aider tous ses membres, vaccinés et non vaccinés », a déclaré au Caribbean National Weekly le président du syndicat, Oswald Robinson, ajoutant qu'un certain nombre des enseignants avaient indiqué qu'ils n'avaient reçu aucun salaire pour décembre. Le courrier reçu par les enseignants licenciés leur indique qu’ils n’ont pas respecté le point 5 des règles de santé publique 2021 et, par conséquent, qu'ils étaient considérés comme absents du travail sans congé depuis le 22 novembre.  Oswald Robinson a déclaré que le syndicat n’a pas l’intention de renoncer et qu’il soutiendrait les enseignants touchés par cette mesure.

Haïti.
Les missionnaires enlevés
par un gang ont été relâchés
Ils étaient encore douze à être détenus par le « gang des 400 Mawozo ». Dix-sept personnes – 16 citoyens américains et un Canadien – avaient été kidnappées le 16 octobre à Port-au-Prince. Ils sont tous membres de la Christian Aid Ministries, un groupe religieux basé aux Etats-Unis. Le groupe enlevé était composé de six hommes, six femmes et cinq enfants. Le chef du gang, Joseph « Lanmò Sanjou » Wilson, avait exigé une rançon d’un montant de un million de dollars par otage et, bien entendu, menacé de les tuer si cette somme n’était pas payée. Des fonctionnaires du Département d'État américain et du Federal Bureau of Investigations (FBI) se sont rendus en Haïti pour tenter d'obtenir la libération des otages. Aucun des différents articles consacrés au sujet ces derniers jours ne précise si une rançon a été versée. Les conditions de la libération des otages restent donc floues.

Jamaïque.
Pas de fête autorisée à Noël
Les vacances de Noël ne devraient pas être très festives du côté de la Jamaïque. En effet, tandis que le pays continue de se débattre avec la pandémie de Covid, le Jamaica Gleaner explique que la Jamaica Constabulary Force (JCF) a déclaré qu'elle n'avait accordé aucun permis pour l'organisation de fêtes. En vertu de la loi sur la gestion des risques de catastrophe, la limite de rassemblement du grand public reste fixée à 10 personnes. Dans un lieu de culte, la jauge est de cent personnes maximums, que ce soit pour un mariage ou n’importe quelle autre réunion. Il en va de même pour les assemblées générales annuelles. Gary McKenzie, commissaire adjoint des services de police, a déclaré que toute personne qui enfreindrait la loi sera poursuivie. « Nous arrêterons des personnes, nous saisirons le matériel utilisé pour organiser ces fêtes et événements illégaux », affirme-t-il. Joyeux Noël.

Trinidad-et-Tobago.
Les sans-abri déplacés... pour ne pas ternir les décorations de Noël
Une « prolifération » de sans-abri qui ternit « l’esthétique » de la promenade Brian Lara à Port-of-Spain et ses nombreuses illuminations de Noël. Les propos sont signés du maire de la ville, Joel Martinez, qui a dépêché ses services de police pour déplacer ces pauvres qui gâche le paysage. Une opération qui ne devrait pas soulever d’indignation au sein de la population puisque ce sont des habitants du quartier qui ont signalé cet afflux de sans-abri aux autorités mais aussi au T&B Newday, qui rapporte cette histoire dans ses colonnes. Le maire Joel Martinez a déclaré que tout ce qui était possible a été fait pour fournir « une sorte de logement sûr et décent » à ces personnes afin qu'elles n'aient pas à vivre sur le trottoir ou dans des parcs. « Je comprends le sort des sans-abri, mais ils ne peuvent pas être au milieu de Port-of-Spain allongés sur le trottoir, a déclaré l’édile. C'est une horreur et cela présente une très mauvaise image pour notre ville. » Les sans-abri investissent généralement la promenade le samedi et le dimanche, ou les jours fériés, lorsque les entreprises ont tendance à être fermées. Pendant les heures d'ouverture du lundi au vendredi, ils disparaissent pour revenir au crépuscule lorsque les magasins et les banques ferment. « Le trottoir est leur maison pour la nuit jusqu'au matin », explique le journaliste qui est allé à la rencontre de ces personnes dépourvues de logement et de ressources. Toutes évoquent des parcours de vie terribles qui les ont conduis  à vivre dans la rue.

Antigua-et-Barbuda.
L’ancien ministre de l’Education disculpé
Le Premier ministre d'Antigua, Gaston Browne, a déclaré lundi que son ancien ministre de l'Éducation, Michael Browne, « est éligible pour continuer à diriger notre pays », rapporte le Antigua Newsroom. Ce même jour, le juge Colin William de la Haute Cour de justice a acquitté l'ancien ministre des deux « accusations criminelles graves » portées contre lui et qui datent de 2020. Selon le quotidien, les charges exactes contre Michael Browne « ne peuvent pas être divulguées pour des raisons juridiques ». Le juge Williams a passé au moins deux heures à examiner les preuves au cours d’un procès qui a duré un peu plus de deux semaines. Pourtant, en avril de cette année, le magistrat Ngaio Emanuel-Edwards avait déclaré qu'il y disposait de suffisamment de preuves pour prouver la culpabilité de celui qui est toujours député (de All Saints West). Après avoir été inculpé l'année dernière, Michael Browne a été démis de ses fonctions. Après son acquittement, le Premier ministre a déclaré qu'il reprendrait ses fonctions au sein de l'administration du Parti travailliste d'Antigua-et-Barbuda. « J’ai toujours clamé mon innocence et cette expérience a été très traumatisante », a commenté Michael Browne dans les colonnes de l’Antigua Newsroom.

Saba.
Un prêt pour compenser
les pertes de Winair
Un article du Saba News fait état des inquiétudes des Pays-Bas vis-à-vis du maintien de la liaison aérienne entre Saba, Saint-Eustache et Sint-Maarten. « Depuis la réforme constitutionnelle du Royaume en 2010, les Pays-Bas détiennent 10.000 actions de la compagnie aérienne Winair, basée à Sint Maarten, explique le journaliste. Ça représente 7,95% du capital. Le reste est entre les mains de Sint-Maarten. » Le gouvernement rappelle que « la participation politique à Winair sert l'intérêt public central et les transports doivent être suffisamment fréquents et les billets d'avion vers et depuis les Pays-Bas caribéens doivent être abordables ». Selon l’article, Winair est en meilleure santé financière depuis 2010 mais la compagnie « subit une perte annuelle d'un à deux millions de dollars sur les liaisons de Sint-Maarten à Saba et Saint-Eustache ». Avec 30.000 passagers par île par an, la demande est trop faible, les coûts d'exploitation et les frais de route sont trop élevés pour assurer une exploitation rentable. Winair compense une partie de cela avec les vols vers Saint-Barth. Néanmoins, les Pays-Bas ont accordé un prêt hypothécaire de trois millions de dollars à Winair en décembre de l'année dernière afin que l'entreprise puisse continuer à fonctionner. Un montant supplémentaire de 1,5 million de dollars sera ajouté ce mois-ci, assure le journaliste de Saba News.

Bermudes.
Omicron prend ses aises
Parmi les 35 nouveaux cas de Covid-19 détectés aux Bermudes depuis une semaine, 16 portent la signature du variant Omicron. Les responsables de la santé publique que toutes ces personnes sont « étroitement surveillées » mais qu’aune n’a été hospitalisée. Selon les premières constatations effectuées, onze des nouveaux cas venaient de l'étranger. Huit des neuf cas restants ont été classés comme « transmissions sur l'île » et un dernier fait l'objet d'une enquête. Parmi les cas importés, 92% étaient des personnes entièrement vaccinées. Pour les cas sur l'île ou ceux faisant l'objet d'une enquête, 90% ont été trouvés chez des personnes entièrement vaccinées. Un « renversement des tendances antérieures », selon les autorités, puisque jusqu’à présent la plupart ont été trouvés chez des personnes non vaccinées. Par ailleurs, douze diagnostics au variant Delta ont également été signalés.

 

Journal de Saint-Barth N°1452 du 23/12/2021

Joyeux Noël
Les Forces de la nature d'Iran Issa-Khan