Saint-Barth - Arc de la Caraïbe caribeen

La Caraïbe en bref

Saba.
Deux chasseurs pour débarrasser l’île des cabris
Le gouvernement de Saba a choisi de privilégier une méthode radicale pour se débarrasser des cabris sauvages. En effet, pour éliminer les chèvres en liberté, deux chasseurs professionnels ont été embauchés. Depuis lundi 22 novembre et jusqu’à demain, vendredi 26, les deux « experts » écument trois zones de l’île, fusil en main. La population est évidemment invitée à ne pas circuler dans ces secteurs pendant. Ne serait-ce que pour éviter de prendre une balle perdue. L’opération va s’étendre dans toutes les zones de l’île sur lesquelles des cabris ont été signalés. En somme, pour les amateurs de fricassée, Saba devrait être « the place to be » dans les semaines à venir.

Trinidad-et-Tobago.
Restructuration en vue pour Atlantic LNG
Atlantic LNG est une société de production de gaz naturel liquéfié qui exploite une usine à Point Fortin. Cette année, en raison de la baisse de production et d’une quantité de gaz insuffisante pour l’approvisionnement, le gouvernement avait pris la décision de suspendre les opérations. Ce, malgré un investissement de 250 millions de dollars par les Etats-Unis. Depuis, des discussions ont été entreprises avec la compagnie Shell. Le premier ministre et le ministre de l’Énergie, Stuart Young, ont réaffirmé l’intention de Trinidad-et-Tobago de poursuivre les plans de restructuration. « Si le secteur de l’énergie continuera d’être le pilier de l’économie du pays, a déclaré le premier ministre, le docteur Rowley, nous sommes conscients de la nécessité de passer à une économie à faible émission de carbone. C’est un voyage que nous avons l’intention de poursuivre en alignement avec les objectifs de nos partenaires de l’énergie. En tant que partie prenante appréciée, le gouvernement se réjouit de la collaboration avec Shell et tous les autres sur la transition énergétique du pays. » Le projet Atlantic LNG a été lancé par Cabot LNG (aujourd’hui Suez) en 1992. La société Atlantic LNG a été créée en juillet 1995.

Bahamas.
Plus d’interdiction de voyage vers Haïti et Cuba
Les vols de la compagnie Bahamasair à destination de Cuba et de Haïti ont repris au départ des Bahamas, comme l’a annoncé l’attaché de presse du premier ministre, Clint Watson. L’interdiction initiale d’Haïti en février dernier avait pour but de bloquer les voyageurs pendant trois semaines alors qu’Haïti célébrait le carnaval. À l’époque, peu de pays de la région avaient lancé des campagnes de vaccination. Avant l’interdiction, les Bahamas avaient des vols réguliers et directs vers Haïti. Toutefois, il n’est pas certain que Haïti soit une destination très prisée actuellement, essentiellement en raison de la violente instabilité qui agite le pays depuis quelques mois. Sans même évoquer un taux de vaccination des plus bas, puisqu’il n’atteindrait pas les 2% de la population.

Iles Vierges.
6,2 millions pour restaurer le musée de Fort Frederick
Balayé par l’ouragan Maria (catégorie 5) en 2017, le musée du Fort Frederick de Sainte-Croix pourrait prochainement retrouver une place centrale dans l’histoire des communautés des Iles Vierges. Selon un article du Daily Herald, un investissement de 6,2 millions de dollars a été injecté dans des travaux de restauration qui ont déjà débuté dans le quartier historique de Sainte-Croix. Une entreprise réalisée en partenariat avec l’Agence étasunienne de protection de l’environnement. Avec ce projet, les Etats-Unis illustrent leur volonté d’intégrer le Fort Frederick dans leur programme d’aide aux communautés désireuses de tirer parti de leurs atouts culturels. « C’est un mémorial pour la liberté, affirme Frandelle Gérard, directrice du Chant (Crucial heritage and nature tourism). En 1848, plus de 8 000 personnes se sont rassemblées sur le terrain de Fort Frederik pour exiger leur liberté. Et c’est là que l’émancipation a été déclarée par le gouverneur. Trente ans plus tard, les travailleurs noirs se sont rassemblés à Frederiksted et ont détruit les principaux complexes de l’industrie sucrière, continuant vers l’Est presque jusqu’à Christiansted. Le premier mouvement syndical noir a commencé là-bas, et les femmes africaines libres possédaient des biens et des entreprises à Free Ghut. » Le problème est, que pour l’heure, le musée ne raconte pas vraiment cette histoire. Et c’est la raison pour laquelle Frandelle Gérard entend être attentive à l’évolution de la rénovation. « Je pense qu’il y a un déséquilibre entre les nouveaux investisseurs et développeurs, qui sont blancs et d’Amérique du Nord, déclare-t-elle. Ils sont plus entendus que les gens qui dirigent le magasin de vélos local depuis 40 ans. » Reste donc à savoir si le musée occupera bien la place historique qui devrait être la sienne au sein de la population.

Aruba.
Une serre pour tendre vers l’autosuffisance
Après la construction d’une ferme dite verticale, la société 297 Farm a entrepris de construire à Aruba une immense serre. A l’instar de la ferme, ce nouvel équipement a pour premier objectif d’offrir à l’île une alternative à l’importation à outrance. Car, comme Saint-Barth, près de 100% de la nourriture consommée à Aruba provient de l’extérieur. « Il est important de commencer à produire de la nourriture localement, explique Patricia Mitton de 297 Farm. Les aliments que nous importons parcourent de longues distances, ce qui signifie qu’ils ont une empreinte carbone importante. De plus, 30 % de cette nourriture est avariée à son arrivée. Lorsque vous considérez cela et ajoutez les difficultés que le changement climatique entraîne, l’approvisionnement alimentaire d’Aruba est extrêmement vulnérable. » Avec une serre, Aruba devrait multiplier par dix sa production locale. « Elle nous permettra de nous étendre et de nous diversifier vers d’autres légumes-feuilles, herbes et, finalement, vignes comme les concombres et les tomates avec lesquels nous pouvons approvisionner les supermarchés locaux, - comme nous l’avons fait au cours des 4 dernières années – hôtels, restaurants, et livrer directement aux consommateurs », poursuite Patricia Mitton. Toute la structure de la serre provient d’une entreprise israélienne, TapKit.

Sainte-Lucie.
Cent jours au pouvoir pour le Parti Travailliste
« Nous sommes heureux d’annoncer qu’il y a des signes d’une lueur d’espoir dans les nuages menaçants, a déclaré le premier ministre, Phillip J. Pierre. Nous prévoyons une bonne saison touristique qui débutera début décembre et se poursuivra jusqu’en 2022. Les autres secteurs devraient reprendre à mesure que nous maîtriserons la pandémie de coronavirus avec une augmentation de la vaccination dans les semaines et les mois à venir. » Pour marquer les cent jours au pouvoir du Parti Travailliste, le chef du gouvernement s’est voulu résolument optimiste. Il faut avouer que se retrouver aux commandes d’un pays en pleine crise sanitaire mondiale n’était pas vraiment la situation idéale pour entreprendre quelques changements. Particulièrement lorsque le pays en question affiche une chute progressive de son économie et de son niveau social depuis cinq ans. « La dernière administration incompétente a laissé derrière elle une structure gouvernementale avec un espace fiscal très restreint pour financer tout programme, a lancé le premier ministre. Les prêts et subventions obtenus par le dernier gouvernement avaient été gaspillés dans des projets d’investissement pour animaux de compagnie. » Dans une brochure, le gouvernement souligne plusieurs initiatives dans le secteur de la santé, notamment la fourniture d’équipements, le paiement des frais d’installation pour 14.180 élèves du primaire et 10.760 élèves du secondaire, la réouverture complète et réussie des écoles. A suivre.


République dominicaine.
11.000 militaires déployés à la frontière
La situation politique en Haïti ne rassure pas son voisin direct qui est la République dominicaine. Parallèlement à son projet de mur, qu’elle pourrait ériger notamment grâce à des fonds venus d’Israël, la République dominicaine a considérablement renforcé son dispositif de sécurité à la frontière. Ainsi, Dominican Today rapporte le déploiement de 11.000 militaires le long des 391 kilomètres qui séparent le pays d’Haïti. « Les points les plus vulnérables ont été renforcés », a ainsi déclaré le commandant général de l’armée de la République dominicaine, le général de division Julio Ernesto Florián Pérez. « Nous sommes prêts à toute éventualité uniquement pour défendre la souveraineté et l’intégrité de notre territoire contre des personnes qui veulent perturber ou violer notre territoire par des actions guerrières », a-t-il ajouté, déterminé. Ce message s’adresse essentiellement au puissant groupe armé haïtien baptisé le G9 (parce qu’il regroupe neuf gangs de Port-au-Prince). Ce dernier a appelé à la destitution de l’actuel premier ministre et est impliqué dans l’enlèvement de 17 ressortissants étasuniens.

Saint-Kitts-et-Nevis.
Ouverture d’une ambassade à Abu Dhabi
Thimothy Harris, le premier ministre, a annoncé la signature d’un accord avec le ministre des Affaires étrangères des Emirats Arabe Unis, Khalifa Shareen Almarar, qui entérine l’ouverture prochaine d’une ambassade de Saint-Kitts-et-Nevis à Abu Dhabi. « Cela contribuera au renforcement des relations entre les gouvernements et les peuples de Saint-Kitts-et-Nevis et des Émirats arabes unis », a affirmé le premier ministre dans un communiqué relayé par le Caribbean National Weekly. Les liens culturels n’étant pas particulièrement évidents, malgré la participation de Saint-Kitts à l’Expo 2020 aux Emirats, le premier ministre précise : « Saint-Kitts-et-Nevis s’efforce de devenir une destination touristique durable et respectueuse de l’environnement. Nous sommes une petite nation avec de grandes ambitions. Et nous sommes déterminés à réduire notre dépendance aux combustibles fossiles en réorientant nos politiques, nos investissements et notre programme législatif pour tenir compte de l’énergie éolienne, solaire et géothermique. » Ce qui nécessite de larges investissements.

Saint-Vincent les Grenadines.
Décès de Sir James Mitchell
L’ancien premier ministre de Saint-Vincent les Grenadines, Sir James Mitchell, est décédé le mardi 23 novembre à l’âge de 90 ans. À la fin du mois dernier, le Jamaica observer indique que Sir James Mitchell a été transporté par avion à l’hôpital Queen Elizabeth de la Barbade pour un traitement médical après être tombé malade dans sa ville natale de Bequia, à Saint-Vincent. Une dengue lui avait été diagnostiquée et d’autres problèmes de santé avaient été décelés. Sir James Mitchell est devenu parlementaire à l’âge de 35 ans. Il a fondé le principal parti d’opposition, le Nouveau Parti démocratique (NPD) en 1975. Agronome de profession, il a été Premier ministre de 1984 à octobre 2000.

Journal de Saint-Barth N°1448 du 25/11/2021

Les Argentins remportent la Cata-Cup 2021
Le ré-ensablement de l'Anse des Cayes divise

Taux de change

Drapeau USA 1.037 USD Drapeau Russie
Drapeau Canada 1.401 CAD Drapeau Brésil 5.513 BRL