[Saint-Barth, cœurs fragiles (2/6)] Cholestérol : le bon, le mauvais et la polémique

Les Saint-Barth sont particulièrement sujets aux maladies cardio-vasculaires, qui causent 27,4% des décès sur l’île (JSB 1308). Il est possible de se prémunir contre l’infarctus en agissant sur six vecteurs aggravants. Le Journal de Saint-Barth et le cardiologue Yves Journo s’associent pour publier une série d’articles sur chacun de ces comportements évitables. Deuxième volet, le cholestérol.


L’excès de cholestérol est le facteur de risque cardiovasculaire le plus important. Il peut directement causer un infarctus, un accident vasculaire cérébral (AVC) ou encore une artérite des membres inférieurs.
« Il faut savoir que le cholestérol est un constituant indispensable pour notre organisme. Il sert par exemple de composant pour les membranes des cellules, pour la constitution de certaines hormones et la fabrication de vitamines », souligne le Dr Yves Journo. Comment savoir si j’ai du bon ou du mauvais cholestérol ? Par une simple prise de sang. « Le LDL cholestérol correspond au mauvais cholestérol. Juste en dessous du LDL, il existe le HDL cholestérol qui correspond au bon cholestérol et qui est protecteur contre les maladies cardio-vasculaires. En ce qui concerne le premier, il est souhaitable d’avoir un taux inférieur à 1,6 gramme par litre de sang pour les personnes qui n’ont pas beaucoup de facteurs de risque. »


La clé, l’alimentation
En cas d’excès de cholestérol, selon votre profil, un simple régime alimentaire adapté, associé à de l’activité physique, prévient les dégâts. Si vous avez d’autres facteurs de risques cardiovasculaires, des traitements médicamenteux peuvent y être ajoutés.

Soigner son alimentation est vraiment la première chose à faire, sans quoi rien ne sert d’avaler des médicaments. Les aliments qu’il faut réduire : le jaune d’œuf, les matières grasses d’origine animale (saindoux, graisse d’oie, crème fraîche, beurre…), les charcuteries, le lait entier et les fromages, ainsi que les crustacés (crevette, crabe, langouste, homard…)

Pour remplacer ces aliments, d’autres non moins délicieux sont recommandés : huile d’olive, de colza ou de noisette, plusieurs types de noix et d’amandes, beurre de cacahuète naturel, d’amande ou de noisette, margarine à base d’huile d’olive et poisson.
Enfin, misez sur les fibres : pamplemousse, mangues, cœurs d’artichauts, haricots cuits, choux de Bruxelles, orange, lait de soja, patates douces, fraises, abricots, figues, navet, oignon, brocoli, carottes, asperges, chou rouge, pêches, poires, prunes… « Les fibres contenues dans ces aliments se lient au cholestérol dans l’intestin, et empêchent ainsi son absorption », précise le Dr Journo. « Il est donc recommandé d’augmenter sa consommation petit à petit, et de boire beaucoup d’eau. »

_______________________________________________

Statine, genèse d’un scandale 

Connaissez-vous le professeur Philippe Even ? D’un caractère provocateur, il n’a de cesse de déclencher des polémiques dans tous les domaines médicaux.
Exemple marquant en 1985 : avec deux confrères, ce pneumologue annonce au cours d’une conférence de presse être sur la voie d’un traitement contre le virus du Sida. Ils qualifient leur idée, appliquée à seulement deux malades du Sida, de « sensationnelle ». Quelques jours plus tard, les deux seuls patients à avoir été soumis à ce traitement sont décédés. L’histoire avait fait scandale à cette époque où le Sida défrayait la chronique.

Le professeur Even a, au cours de sa carrière, publié différents livres choc sur différents thèmes, toujours à contre-pied de la communauté médicale. « En 2013 a surgi une terrible polémique avec la parution du livre de Philippe Even « La vérité sur le cholestérol », qui a bénéficié d’un relais médiatique très important et a poussé des milliers de patients à interrompre leur traitement », rapporte le Dr Journo. « Le Pr Philippe Even, qui n’est pas cardiologue mais pneumologue, remettait en cause l’intérêt de faire baisser le cholestérol. Il affirmait que le cholestérol était bon pour l’organisme et que le traitement par statine était totalement inefficace voire dangereux en France. »
Selon le professeur Nicholas Moore, chef du département pharmacologie au CHU de Bordeaux, 9.000 à 10.000 décès supplémentaires pourraient être imputables aux arrêts de traitements à la suite de la parution de la campagne médiatique du Pr Even.

« La position de Philippe Even est tout à fait dénuée de bases scientifiques et est fermement rejetée par toute la communauté des cardiologues et des spécialistes du cholestérol. Quotidiennement, nous sommes confrontés à des patients qui refusent de prendre un traitement contre le cholestérol », regrette Yves Journo. « Actuellement la position de la communauté médicale est claire. Vous avez déjà une maladie cardiaque (infarctus, stent, accident vasculaire cérébral, artérite des membres inférieurs), il vous est très fortement conseillé de suivre un traitement par statine en plus du régime et de l’exercice physique. Le traitement par Statine réduit la mortalité cardio-vasculaire et la récidive. Si vous n’avez jamais eu de maladie cardiaque, mais que vous avez des facteurs de risque cardio-vasculaires vous devez impérativement faire un régime et de l’exercice physique. Concernant le traitement médical, votre médecin vous conseillera. »


JSB 1312

Journal de Saint-Barth N°1312 du 24/01/2019

Radars pédagogiques
GLTD
Cholestérol
Pêche au requin
Débat national

Taux de change

Drapeau USA 1.134 USD Drapeau Russie 74.577 RUB
Drapeau Canada 1.496 CAD Drapeau Brésil 4.202 BRL